Polygamie, bienvenue chez nous

Chers lecteurs, je ne suis plus à présenter. Mais ce que vous ne savez pas, c’est que je suis désormais marié à…. Sinatou et à Danielle. Mes épouses non plus ne sont plus à présenter. Sinatou est ma première épouse, mon premier amour, avant que je ne succombe à l’insolence de la croupe de Danielle. Nous avons à notre compteur, plus de 20 années de vie commune. Ce soir, la frustration devait être à son comble, car nous nous regardons en chiens de faïence,

Danielle, assise au pas de sa porte, regardant Sinatou s’activer à la cuisine, et moi assis à la véranda, broyant ma noix de cola. J’espère que Sinatou ne projette pas m’empoisonner, et que Danielle ne nourrit guère l’ambition de me poignarder dans mon sommeil. Que diantre mijotent-elles ?

Le pagne noué autour des épaules, mon combat est rude, Il faut je sois d’attaque. Sinatou n’a pas droit, elle n’a aucun d’ailleurs. Je suis la plus jeune, le corps frais, la peau douce, les seins encore debout. En plus, qu’est-ce qu’il peut lui trouver oh ? Vielle Marmite fait bonne sauce ? Quelle sauce ? Fait, 9 ans que je le traîne le vieux Aphtal, déjà  9 ans. Tous les deux ans, le vieux me bombardait en couche ; déjà quatre enfants. Le jour des noces pourtant toutes les filles du village me jalousaient ! « Ton père t’a trouvé un meilleur Parti : il est riche »…Et moi, en arrondissant le dos telle une taupe, je n’osais croire les affres du mariage. A 19 ans, fallait que j’use d’astuces pour qu’il soit dans mon lit et que je puisse jouir moi et mes enfants des seuls privilèges. A l’époque, il était riche, quand je ne traînais pas encore mes bambins….Les pagnes, les bijoux, il ne passait pas un seul jour où il ne me couvait de cadeaux. Et pour le remercier, fallait juste que je ferme les yeux quand il me touche. Le Paraître  c’est important oh ! Et puis toute est une histoire de pouvoir, tant qu’il est heureux au lit et que je pousse des cris stridents durant l’acte sexuel… Et puis l’incision a déjà enlevé mon plaisir sexuel… Et puis, cela insinue  que tout va bien…Que voulez-vous ma société est polygame. Mais ce qu’on oublie, c’est que tout n’est pas dans le paraître quand adviennent la progéniture… Ils ont bien grandit mes mioches…Et lorsque je les regarde sans aucune autorité parentale…Oui ? Oui ! C’est vrai oh !  A les regarder, on me comparerait à leur grande sœur…Mon vieux, déjà tout pétri par des années de sexes de cases, en cases. Mon Homme n’a plus la vigueur d’un homme de 45 ans…Ah ! Aphtal, son père lui avait bien dit «avoir deux femmes, c’est bien. Mais en avoir quatre c’est encore Mieux » C’est vrai oh ! Au moins tu ne gères plus leur éducation, ni leur budget, les femmes sont obligées de s’auto-gérer…Oh ! Je vous vois dire, beurk ! Mais c’est vrai, il aurait dû ! Les femmes en Afrique sont autonomes.  Il voulait faire l’homme moderne ! Tchrouuuuuuuu.

 

Moi je suis fatiguée de cette vie ! Je me suis sacrifiée plus de 15 ans pour ce type et pour me récompenser, il est allé chercher cette chose comme femme. Ah les hommes, combien ils peuvent être ingrats et sans honte ! Vous vous rendez compte ? 9 gosses, abandon de mes études à peine entamées ! Et tout ça pour un vieux clochard qui est allé chercher une gamine qui peut être sa fille comme épouse. Il a dépensé tout son argent pour la doter et maintenant, nos enfants n’ont plus une scolarité normale ! Moussa vient d’être renvoyé de l’école pour frais d’écolage ! Amina, la cadette, elle, Dieu Merci, elle m’aide pour mon commerce mais j’aurais préféré qu’elle aille à l’école pour devenir docteur. Les autres, ils sont là à traîner dans la cour. Tout ça parce que vieux Aphtal voulait épouser jeune fille ! On n’a plus rien et  difficilement on mange ; si Dieu n’était pas bon, on ne conduirait jamais les enfants à l’hôpital ! Après, c’est pour me dire que je suis sa préférée et m’amadouer! Tous des menteurs ! Maintenant que j’y pense, je viens d’avoir une idée ! Je vais le sevrer ! Qu’il se contente de sa « petite femme », moi je veux plus des restes ! Thruummm, tellement, il est bête le vieux, la gamine va trop le tromper avec les petits du village et il ne saura rien ! Qui sait même si elle ne le fait pas encore ? Seins debout à traîner pour chercher de l’eau au marigot tous les jours ! En tout cas, tout ça ne me regarde plus oh ! Je vais demander à notre voisine là si elle peut me prêter un peu d’argent, je vais augmenter mon commerce. Maintenant, c’est chacun pour soi! Mes enfants et rien que mes enfants ! Le reste, je m’en fous.

Souba haan nanlaye ! C’est quoi cette vie ? Où ai-je merdé ? Qu’ai-je fait, moi pour mériter cela ? Je cogne mon front tous les jours pour Allah, je respecte les saintes écritures, je suis les pas du Prophète, alors quoi ? D’ailleurs le prophète lui, en avait quatre ! Quatre épouses, quatre bonnes femmes pour le soutenir dans sa lourde tâche prophétique ! Moi je n’en ai que deux. Juste deux ! Et pourtant ça ne marche pas. J’ignore si je vais pouvoir manger ce soir, façon Sinatou me regarde depuis sa cuisine, on dirait qu’elle me reproche quelque chose. Oh merde, je n’ai pas participé à la popote, je vais dormir le ventre creux. Danielle a déjà lavé ses casseroles, nul n’a pensé à moi. Triste sort pour un honnête citoyen comme moi. J’ai travaillé dur, durant ces années, j’ai pourvu aux besoins de la famille, du mieux que je pouvais, mes enfants, en tout cas les aînés ont fréquenté les meilleures écoles, Sinatou était la plus belle et la plus gracieuse des épouses, dévouée, soumise, tendre, délicieuse et pleine d’énergie. Je la prenais pour acquise, et j’ai accepté de céder à la tentation que représentait la croupe de Danielle. Douce, mais trop fertile, la Danielle ! Elle s’est mise à pondre des gosses comme pour accomplir à elle seule le devoir du Seigneur : « Allez, multipliez-vous et remplissez la terre ». Malheureusement, mon salaire n’a pas suivi : trop de bouches à nourrir, trop d’ordonnance à honorer, trop de scolarité à régler ! Mes cotisations à la Caisse de Sécurité Sociale, ne suffiront jamais à envoyer Brama à l’Université Cheik Anta Diop. Même si je pouvais, Danielle exigerait aussi que son avorton de Mocktar aille à la même université. Misère !

Moi Aphtal, moi Aphtal CAYAMAGA, obligé à raser les murs du quartier, obligé à demander aux pauvres instituteurs d’écoles publiques de garder mes enfants en classe, moi Aphtal, obligé à demander crédit à Abdou l’épicier, moi Aphtal, obligé de garer ma Mercedes pour me déplacer à moto-taxi, moi Aphtal, incapable de m’imposer dans ma propre cour, moi, réduit à admirer les fesses de Danielle sans avoir une respectable érection, moi, CAYAMAGA Aphtal, je n’arrive plus à supporter le méprisant regard de ma première épouse, Sinatou… Non, je m’arrête ici, je n’ai aucune envie de me suicider ce soir. Je sors chercher de la bouillie pour me faire un pansement gastrique. Pauvre de moi. Je ne suis plus ! J’ai été.

Voyez-vous, une chose est de lire les écritures saintes, une autre est de céder à ses bas instincts. Lorsqu’on n’a pas les moyens de sa politique, il faut faire la politique de ses moyens. Polygamie, voilà un bien joli mot ! Mais être un homme, un vrai, c’est d’avoir de bons et beaux enfants sevrés au lait Bridel, avec un bel avenir assuré, bien les éduquer pour l’harmonie de la famille, de la société, et la quiétude de la nation. Etre un homme, ce n’est point jouer à l’étalon sur de nombreuses jument, c’est aussi…..être capable de réserver la dernière érection pour son épouse, même après sa ménopause.

Nous avons dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

8 réflexions sur “Polygamie, bienvenue chez nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.