Lettre ouverte à Gerry Taama, Président du N.E.T.

Letter (Credit photo: MorgueFile)

Cet article, prenez-le comme une sorte de lettre ouverte à Monsieur Gerry Taama, blogueur togolais, écrivain, et homme politique. J’ai fait un lien vers sa biographie complète, mais pour faire simple, Mr Gerry est le Président du parti Politique « Nouvel Engagement Togolais » (N.E.T). Cet article intervient à la suite d’une interview donnée par l’homme, à mes aînés d’Africardv, interview dans laquelle le Monsieur demandait à ce que soit mis fin au vote ethnique ; je vous rappelle que Mr Gerry est candidat aux législatives prochaines et tête de liste dans la circonscription du Grand Lomé.

Monsieur le Président, (du N.E.T. hein), j’ai lu avec attention et amusement votre interview publiée sur Africardv. De celle-ci, se dégage comme idée force, « il est temps que les togolais comprennent que le vote ethnique est aujourd’hui désuet, avec le brassage culturel ». Ceci, justement pour justifier votre candidature dans la circonscription du Grand Lomé, tout le monde vous connaissant comme originaire du Nord Togo (Siou, plus précisément). De prime abord, qu’il me soit permis d’avouer mon admiration pour votre façon de faire la politique. Le N.E.T fait partie de cette poignée de partis politique togolais qui font de la politique d’une façon un peu plus intellectuelle, un peu plus réfléchie, et assez innovante. Ceci dit, permettez-moi également de rebondir sur certaines de vos déclarations, qui m’offusquent, et qui, disons le, me laissent plus ou moins perplexe.

Les élections législatives, sont l’occasion par excellence pour le peuple souverain, d’investir du pouvoir législatif, ses dignes filles et fils. Même si la fonction principale d’un député est de légiférer, on ne saurait y réduire toute sa mission, qui est également celle d’écouter sa base, son électorat, d’abord, et le peuple dans son entièreté, ensuite. Le mandat législatif au Togo étant un mandat national (et donc non impératif, confer Article 52 de la Constitution Togolaise), le député, est quand même le représentant d’une localité, avant d’être le représentant du peuple. Ceci dit, vous convenez avec moi, que le vote est fortement empreint d’une marque de confiance ! Si votre ethnie ne vous fait pas confiance, qui d’autre le fera, Monsieur le Président ?

Lorsque moi je parle d’ethnie, je désigne cet ensemble d’individus, ayant en partage la même langue, les mêmes coutumes et traditions, les mêmes problèmes, les mêmes divinités et le même angle de vue. Oui, il y a brassage culturel, mais c’est également notre culture qui nous dit « qu’un morceau de bois a beau séjourner dans l’eau, il ne deviendra jamais caïman ».

A bien vous suivre, au nom de votre brassage culturel, un Ouatchi peut être député à Sokodé, un Kotocoli peut-être député à Vogan, un Losso peut être élu à Kpalimé, un Kabyè député pour Afagnan, un Konkomba pourra se présenter à Badou. Rien, absolument rien n’interdit cela ; d’ailleurs, cela est bien beau à priori, mais à mon avis, c’est du désordre politique. Désordre, parce que j’imagine mal un Ouatchi, battre campagne à Sokodé. Que dira-t-il ? Dans quelle langue le dira t-il ? Ira-t-il prier à la mosquée avec ses électeurs, après les meetings ? Fera t-il le Ramadan avec les Kotocoli, durant le mois saint ? Qu’a-t-il en commun avec cette paisible mais prudente population de Sokodé ? C’est dans cette logique que je m’inscris, moi.

Oui je sais qu’en vertu du mandat national, en vertu de notre vœu de faire de ce pays une nation forte, une et indivisible, il serait souhaitable qu’un candidat puisse se présenter partout où il le désire, partout où il sent pouvoir faire un excellent score. Mais en réalité, le Togo est une jeune nation, une trop faible démocratie, où méfiance et suspicion règnent. Commençons par faire confiance aux gens de notre famille, de notre village, de notre ethnie, avant de jouer la carte du brassage culturel, et du mandat national. Je vous convie à lire ces articles de Cyriaque Gbogou et de Nelson Simo, sur la trahison des nôtres.

Une autre de vos déclarations qui me dérange, moi Aphtal, est celle-ci : « (…) Je vis à Lomé, je travaille à Lomé, il n’y a pas de raison pour que je me présente ailleurs (..) ». Si je me permets une interprétation à contrario, je peux vous faire dire ceci : « Je ne vis pas à Siou, je ne travaille pas à Siou, il n’y a pas de raison que je m’y présente ». Est-ce à dire que vous ne vous rendez jamais (ou pas assez) dans votre village natal, Siou ? Que vous n’y êtes pas assez connu ? Que vous n’y êtes impliqué en rien ? Que vous n’y avez faites aucune réalisation ?

Dans le cas de l’affirmative, vous convenez avec moi, dans un Togo où tous les intellectuels et hommes politiques ne s’arrêtent qu’à la capitale, que c’est vraiment dommage, et d’ailleurs blâmable ! Vous reconnaissez que les gouvernés sont assez déconnectés de leurs gouvernants, et que les réalités ne sont pas les mêmes en ville qu’à la campagne. Si jamais vous devenez député (je vous le souhaite d’ailleurs), resterez-vous uniquement à Lomé, puisque c’est votre circonscription et où vous vivez et travaillez, au détriment de Siou dont vous êtes natif, et dont les vieux sont fiers et attendent beaucoup de vous ?

Vous avez décidé de participer à cette mascarade électorale, alors je ne reviendrai plus sur ma déception provoquée par la participation de l’opposition togolaise à ce vote. Oui je vous le dis, j’ai vraiment été déçu. Mais on s’en fout, vous avez déjà fait acte de candidature. Soit !

Mais mon problème se situe juste au niveau de votre appel à ne pas faire un vote ethnique. Je sais que tout ce que je dis ici, ne changera absolument rien, mais à compétences égales, je préfère donner ma voix à un Kotocoli qu’à un Kabyè ou à un Ewé. Et vous savez pourquoi. Au cas où aucun candidat de chez moi (Sokodé) ne fait le poids, et UNIQUEMENT dans ce cas, je consentirai à donner ma voix à un candidat togolais d’une autre région, et ce, dans l’intérêt supérieur de la nation. Dans le cas contraire, je m’abstiendrai de tout vote, car je préfère avoir un hémicycle vide, qu’un hémicycle mal occupé (Un Kabyè cultivateur, ne fera pas mieux qu’un Kotocoli routier, au Parlement).

Je vous, sais Monsieur Gerry, intelligent, éloquent, et compréhensif. Cet article ne vaut que ce qu’il vaut ; ce n’est que le point de vue, d’un jeune togolais longtemps déçu par ses hommes politiques, et indécis quant à son engagement politique à venir.

Qu’il vous plaise de lire en ces lignes, Monsieur le Président du N.E.T, l’expression de moult interrogations, couchées dans le respect dû à votre rang.

Nous aspirons tous à un Togo meilleur. Mais certains agissements politiques actuels n’augurent rien de bon. Ce n’est pas parce que nous ne disons rien que nous n’avons rien à dire. Vous au moins savez nous lire, et écrire ; voilà pourquoi je m’adresse à vous.

Que l’Eternel bénisse le Togo.

J’ai dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

26 réflexions sur “Lettre ouverte à Gerry Taama, Président du N.E.T.

  1. It looks to me that this web site doesnt load up in a Motorola Droid. Are other folks getting the same problem? I enjoy this web site and dont want to have to skip it when Im gone from my computer.

  2. Malgré mes limites naturelles pour comprendre le contexte togolais, je ne suis pas d’accord avec la plus part de tes propros, bien que le style du texte soit comme toujours excellent. Mais, cela importe peu quand le sujet est déliquat.
    Je surpris que tu dise que le Togo est une jeune démocratie… vraiment? tu ne t’es pas renndu compte des contradictions internes dans ton texte, mais comment dire que le vote ethnique est une illusion et ensuite affirmer que ton voeu est la création d’une Nation forte au Togo?
    Pour une fois qu’un politicien dit quelque chose de sensé, on ne va pas lui lancer des pièrres

    1. correction: comment dire que le vote non-éthnique est une illusion, et ensuite affirmer que ton voeu le plus cher est de voir le Togo devenir une Nation forte. C’est alors ta définition de « nation » que tu dois nous exposer dans un prochain billet.

      salut

    2. Bonjour Serge! Excuse mon retard, je viens de trouver un cyber café digne de ce nom, n’ayant plus de PC moi-même.
      Alors, à priori oui, certains passages peuvent sembler contradictoire, surtout lorsqu’on ne connait pas le contexte socio-politique togolais.
      Le fait est que pendant longtemps, il y a une sorte de bipolarisation de la politique, avec forte connotation ethnique: Nord et Sud. Ce n’est que très récemment que certains, je dis bien certains togolais, essayent de dépasser cette manipulation de la fibre ethnique.
      Le Togo est une jeune démocratie, c’est un peu trop dire même. Je me demande si nous sommes réellement une démocratie..
      En l’état actuel des choses, Serge, le vote non ethnique, surtout à l’intérieur du pays, est une véritable illusion.

      1. Oui je te comprends, en politique il faut être pragmatique et savoir jouer avec le contexte. Malheureusement, le tribalisme et le vote éthnique resteront longtemps une réalité africaine. que l’on doit dépasser cependant. Au fait, j’ai aimé quand tu parle du mandat impératif, c’est un débat qui a commencé avec l’anglais Edmund Burke. lors de ma 3 ème année, on en a longtemps parlé dans la discipline « représentation politique ». 🙂

  3. Ce sujet m’intéresse. Ceux qui croient pouvoir l’ignorer et percer dans la politique Togolaise se foutent le doigt dans l’œil. C’est donc avec grand intérêt que j’ai lu votre lettre adressée à Mr le Président (du NET hein !).

    Mais il y a (à mon avis) une nuance à faire lorsque vous parlez du vote ethnique. C’est l’idée de COMMUNAUTÉ. Vous posez la question suivante : « Si votre ethnie ne vous fait pas confiance, qui d’autre le fera, Monsieur le Président ? »
    C’est tout à fait légitime comme question. Mais tenez ceci : Obama est un noir (c’est vrai que sa mère est caucasienne, mais n’empêche). Tous les noirs d’Amérique sont à priori d’origine Africaine. Obama, de surcroit est d’une origine Kenyane récente. Mais Obama est né à Awahi et a grandi et travaillé à Chicago où il a démarré sa carrière politique entant que « community Organizer”. Il est évident qu’il n’a pas eu besoin de chercher la confiance des Kenyans ou des Africains d’Afrique pour se faire élire à Chicago. De plus, s’il ne s’agissait que du vote des noirs d’Amérique, il n’aurait jamais été président (ils ne font que 8% de la population).

    L’homme quelle que soit sont origine lointaine appartient avant tout à une communauté. Et c’est son degré d’intégration à cette communauté qui assure son bien-être quotidien. Vos relations avec le voisin du quartier, le médecin du quartier, mécanicien du quartier, le maçon du quartier, le policier du quartier, l’enseignant du quartier, la commerçante du quartier, et même avec le brigand du quartier peuvent affecter votre vie bien plus que vos relations avec les cousins de votre village à 400 km plus loin. Et si vous vous sentez suffisamment intégré dans votre communauté d’accueil, vous pouvez vous porter volontaire pour la représenter à l’Assemblé nationale. Ce n’est pas du désordre politique ; c’est de l’intelligence politique. Le bois dans l’eau n’aura pas besoin de devenir Caïman, comme vous dites. S’il sait se rendre utile dans l’eau (il flotte) tous ceux voudront flotter auront besoin de lui là-bas dans l’eau.

    En outre vous dites ceci : « à compétences égales, je préfère donner ma voix à un Kotocoli qu’à un Kabyè ou à un Ewé » et j’aime beaucoup cette boutade parce que très peu de Togolais auront la franchise de le dire publiquement. A priori, je ferais aussi la même chose. Encore que, dans mon cas, un Kabyè pourrait très vite passer devant parce que ma mère est Kabyè et j’ai grandi à Kara. Cependant, toujours à compétences égales, Il est important de déterminer lequel des candidats a plus d’intérêt à me satisfaire. La politique c’est avant tout du business. Et tout le monde sait ce qu’un ”frère” est capable de vous faire comme sale coup précisément parce qu’il est votre frère. Parfois les ”amis” ont plus à prouver que les ”frères”. L’histoire nous a montré des députés qui, dès qu’ils sont élus dans leurs villes d’origine, disparaissent, parce que tout se fait à Lomé.

    Le Togo a aujourd’hui près de 7 millions d’habitants. Quel homme d’affaire ou politicien voudrait réduire ce potentiel humain à la seule taille de son ethnie ? Merci pour votre billet, monsieur Aphtal. La question ethnique demeure un sérieux abcès à crever dans la politique Africaine. Un de mes enseignants avait une formule bizarre : « Si vous dépendez d’un candidat, ne le votez pas. Si un candidat dépend de vous, votez-le ! »

    1. Si je ne m’abuse, je crois que vous, Evariste et Aphtal avez en fait le meme point de vue, mais le dites avec des mots et un style différent. le vote ethnique, c’est sur, on n’en a plus besoin au Togo! La grande question est comment présenter et pratiquer la chose sans y laisser de plumes car l’Afrique est foncièrement ethnique, qu’on le veuille ou non!

      1. Présenter et pratiquer la chose sans y laisser des plumes? Tu reconnais toi même que l’Afrique est foncièrement ethnique, n’oublie pas le cas togolais, avec cette affaire de RPT et UFC qui a longtemps divisé les togolais…
        Cordialement, Aphtal

    2. Bonjour!
      De prime abord, Fogan, vous me voyez content de savoir être lu par des aînés comme vous.
      Merci ensuite pour l’intérêt, vous répondez rarement aux écrits.
      Bien en fait je désire nitifier que mon article ne parle que d’élections législatives.
      Cependant je reconnaît avoir abordé le sujet par un angle obtus et pas assez mûri.
      La réponse de Gerry m’a clarifié un peu plus les choses, de mêmes que les réactions sur Twitter et surtout par votre réplique à vous.
      Je vous saurez gré de lancer un débat sur ces questions ethnique qui nous font plus ou moins du mal.
      Merci encore. Et que les contributions constructives continuent.
      Bien à vous.

  4. bonsoir à tous!
    voilà qui est plutot passionnant et intéressant. c’est ça selon moi, la politique. et si elle était faite de cette manière partout sur la terre de nos aieux, je suis sur que je serais aux premières loges.
    très belle et pertinente remarque venant de Aphtal. j’apprécie aussi la réponse de Gerry, et surtout la manière très fair play avec laquelle il prend la chose.
    pour moi, l’origine ethnique ne devrait pas être un problème. il est plus question de connaitre les vrais problèmes de la communauté et surtout de pouvoir défendre et appliquer des solutions durables au sein de la communauté. si je devais poser une question, ce serait plutot de savoir quels sont les programmes de nos candidats députés pour leurs circonscriptions respectives?

  5. Vive la nouvelle génération, j’ai foi que mon Chef Gerry nous fera plaisir donc petit Aphtal ça va aller, lol.

    Tout simplement vous dire que seuls les critiques feront évoluer l’Afrique.

    1. Ah, Tonton Cyriaq lui-même a trempé sa plume pour moi oh.
      J’ai confiance aussi, grand-frère. La réponse de Gerry est pour moi gage de leur aptitude à écouter, et à essayer de convaincre.
      Attendons de les voir à l’oeuvre, une fois à l’hémicycle…
      Vive la nouvelle génération…
      Cordialement…

  6. « Qu’il vous plaise de lire en ces lignes, Monsieur le Président du N.E.T, l’expression de moult interrogations, couchées dans le respect dû à votre rang.

    Nous aspirons tous à un Togo meilleur. Mais certains agissements politiques actuels n’augurent rien de bon. Ce n’est pas parce que nous ne disons rien que nous n’avons rien à dire. Vous au moins savez nous lire, et écrire ; voilà pourquoi je m’adresse à vous »

    Ah kiééééééé cousin Aph Tal, je crois que si tu le veux ou non tu dois faire la politique looooo! C’est français que tu renverse et manipule comme çaaaaaa! Ewui looooooo!

    Sinon à mon sens il n y a pas de vote ethnique! Il y a par contre une manipulation ethnique de la population! De vous à moi, sans manipulation ni achat de conscience, ce problème ne saurait exister tout simplement!

    Si un Kabyè veut se présenter à Tabligbo et que la population de Tabligbo le reconnait pour l’utilité qu’il peut être pour Tabligbo ou pour des raisons pertinentes pouvant impacter sur leur développement communautaire etc etc, naturellement qu’ils voteront pour lui! Par contre s’il se présente à Kara sans que personne n’a jamais eu echo de lui avant le jour des élections ou avant la période électorale, et par ricochet qu’il n’ont rien en commun, c’est clair que c’est raté pour lui!

    Ravie de voir que Gerry a répondu à ce billet en posant ses points de vue!

    A vous deux, je dis bons développement!

    Naturellement chacun vois la question politique togolaise par rapport à l’angle à laquelle il se place, du coup, chacun de vous à ses raisons!

    Mais qui a vraiment raison? Je crois que l’essentiel n’est pas là, mais que le débat s’installe et qu’on réfléchisse ensemble pour le bien du Togo. Voilà ce qui est intéressant dans tout ceci!

    Elayi looooooooooooooo

    1. Eh, Dagan, moi et politique là, c’est comme eau et huile hein…Sinon oui, tu as raison aussi. En fait personne n’a raison, si ce n’est la Raison elle même;
      De toutes façons, il faut qu’il y ait débat autour de certaines questions, et que chacun essaye de convaincre son prochain, dans les règles de l’art.
      Merci pour ton passage et tes salvatrices interventions.
      Des bises…

  7. j’espère être le premier à commenter ton excellent billet.
    Trois petites précisions.
    – La première est que le désir de mettre fin au vote ethnique n’est pas la principale raison de ma participation à ce scrutin, et même à Lomé. C’est une raison, assez périphérique par ailleurs. L’objectif du NET reste avant tout de faire la politique autrement au Togo, en ciblant pour le débat politique, les réelles questions concernant le bien être des Togolais, au lieu de tout résumer à la conquête du fauteil présidentiel.
    – La seconde est que tu n’attaques pas sous un bon angle le fait ethnique. A Kara où j’ai été en poste, j’ai les enfants d’un de mes sergents qui faisaient tous les rites d’Evala. Ce sergent était originaire des lacs. Aujourd’hui, tu as à Sokodé des Ouatchi qui n’ont de ouatchi que leur lointaines origines, qui fréquentent les mosquées, qui sont tellement longtemps dans la ville qu’ils y sont plus connus. Aux dernières élections municipales (jamais proclamées) on a constaté que plusieurs personnes avaient été élues sans être originaires de leur ville. On est aujourd’hui originaire d’un coin plus par ses pratiques communautaires que par ses origines.
    – Le dernier est que je le prends bien, cette interpellation. Le débat public doit être initié par les blogueur. Et je suis rassuré que la relève tient la route.
    Gerry

    1. Mr Gerry, c’est toujours un plaisir de vous lire par ici.
      -Sur votre première réplique, je vous le concède. Les objectifs de votre parti, à court et long terme sont raisonnables et réalistes.
      -Par rapport à la seconde, Monsieur Gerry, en toute humilité, je ne peut que reconnaître que vous avez raison.
      -Bah, là vous m’en voyez flatté. :p

      De toutes façons, j’estime avoir discuté, un tant soit peu, même par écran interposé, avec un aîné, et un candidat, à défaut de vous rencontrer personnellement. C’est déjà cela, faire de la politique autrement.
      Cordialement, Aphtal

  8. c’est avec l’attention que j’ai lu votre billet. c’est assez interessant ce que vous degager comme probleme. je ne sais pas comment un ewe peut avoir la solution de l’electorat de dapaong. la politique de cet homme c’est faire disparaitre l’idée que RPT et kabye sont liées. je crois qu’il est entrain de melanger les choses. mais je crois que si un kabye est residant a lomé et connait la realité de lomé, mais il peut se presenté

    1. Allez, avant de quitter le site. Nicolas, je ne suis pas du RPT. Et je croyais que le terme « jeune homme » qui est par ailleurs affectif, ne s’usait au Togo que par les « grands frères ». je me trompte peut être.
      Aphtal, à bientôt.

      1. Pas du tout, Mr Gerry, Nicolas s’est trompé sur ce point et je vous présente mes excuses en son nom, puisque c’est sous mon article.
        Quoi qu’on dise, vous êtes un aîné, alors…
        Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.