Du mariage et de la vie à deux…

Nonobstant la rédaction de cet article depuis belle lurette, je n’ai pas eu le mobile nécessaire à sa publication. Pourquoi je me jette alors à l’eau ? D’abord une discussion sur Facebook, ensuite une nouvelle amitié que je viens de nouer avec un couple à Cacaveli, le quartier où je réside.

La discussion sur le mur de cette amie et aînée, je m’y suis jeté en simple polémiste, juste pour la narguer, et pour aller contre TOUS les commentaires qui allaient dans le sens de son post. (J’avoue que je commence par me lasser de Facebook, à cause du manque de plus en plus croissant de discussions censées, intelligemment contradictoires.). Mais ensuite, ce que j’ai eu à dire sous le post, j’en ai fait une conviction de plus en plus inébranlable.

 

De quoi s’agit-il ?

 

Il s’agit de la condition de la femme. (Oui oui, le sempiternel débat. Il paraît qu’être féministe, ça paye, de nos jours). Plus sérieusement ! La publication de ma grande sœur sur Facebook (qui, soit dit en passant, est juriste dans le domaine des droits de la femme), la voici :

Capture d'écran de la publication
Capture d’écran de la publication

 

En gros (ce que j’ai pu comprendre par déduction de la publication et surtout des commentaires qui ont suivi), c’est que la femme n’avait rien à faire dans la cour d’un homme n’ayant pas payé sa dot, ni célébré son mariage ; en tout cas n’ayant entrepris aucune démarche dans ce sens. C’est un point de vue que je respecte.

Oui, je fais partie de ceux-là qui croient, qu’il est bien, de se faire connaître par les parents de sa moitié, de se faire accepter par ces derniers par un « premier pas », d’avoir leur aval, par la « remise de la dot », pour enfin célébrer en bonne et due forme un mariage, au vu et au su de tous ! Oui, je crois que ces démarches sont nécessaires, pour l’honneur ( ? ) de celle avec qui on désire passer le reste de ses jours.

 

Mais, et ensuite ?

 

Oui, et ensuite ? Une fois que nous sommes mariés que se passe-t-il après ? Je veux dire, le mariage est-il l’irréfutable preuve de respect qu’un homme peut avoir pour une femme ? Le mariage est-il un quitus pour un bonheur sans fin de la femme ? Le respect qu’aura une femme est-il mesurable à l’aune de la longueur de sa robe de mariée ? Passer la bague à l’annulaire d’une femme, devant le curé et/ou l’officier d’état civil, est-il en soi la suprême garantie d’un amour, d’un respect, d’un confort et d’une stabilité ?

Oui, « on se marie pour le meilleur et le pire », mais que mettons-nous dans le « pire » ? Certains diront, le mariage n’est forcément pas rose tout le temps. Soit ! Mais a-t-il besoin d’être sombre ? Et sombre pour qui ?

 

Mais avant de répondre…

… Qu’il me soit permis de vous conter l’histoire de ce couple que j’ai récemment connu à Cacaveli ; d’honnêtes gens que j’ai connus séparément. D’abord la dame que j’aperçois, en rentrant chaque matin de mon jogging, lavant une voiture faisant office de taxi. Ensuite l’homme, que j’ai trouvé affable le premier jour où je suis monté dans un taxi, pour me retrouver par un heureux (oui heureux) concours de circonstances, embarqué à l’hôpital, le jour de l’accouchement de sa femme. (Lorsque le chauffeur m’a dit qu’il allait à Cacaveli chercher sa femme en travail, et qu’il m’a supplié de l’accompagner au CMS en attendant la venue de sa sœur, je n’ai pas eu le courage de refuser ; surtout qu’ils vivent à quelques mètres de chez moi.)

C’est dans la salle d’attente du CMS Cacaveli que j’ai un peu conversé avec le monsieur qui m’a raconté un peu leur histoire. Elle est un peu longue, mais retenez juste qu’ils ne sont pas mariés, qu’ils vivent ensemble depuis huit années, que c’est leur premier bébé, et qu’ils s’aiment comme deux collégiens impubères.

C’est dans cette salle que je me suis rappelé de cette dame qui lavait la voiture de son mari ; je me suis également rappelé de cet homme, une fois croisé au moulin, ce même homme qui m’a parfois vendu des oranges. Bref, la discussion m’a forcé à revoir ma copie.

Ce que je voulais dire, en fait…

C’est que je refuse de porter entière créance à la publication de mon amie sur Facebook, malgré la véracité de ses propos. Le mariage n’est qu’une institution ! (Et rien d’autre). Se faire connaître des parents n’est qu’une formalité. Nécessaire, certes, mais… Le mariage n’est, à mon avis, et au vu de certaines circonstances, qu’un agrément, une formalité non indispensable.

La même société qui jette la pierre à une femme battue par un homme ne l’ayant pas épousée est la même qui la lapiderait si elle était restée auprès de ses parents au-delà de la trentaine, sans enfant ni sérieux prétendant. Est-ce se manquer de respect, que d’emménager avec celui qu’on aime, et qui nous valorise ? Certaines poussent loin leur bêtise, en revenant vivre dans le giron familial avec un enfant qu’elles ont eu avec le monsieur (Tu dis tu attends la dot, mais tu as bébé). Il faut savoir ce qu’on veut à la fin. S’engager avec un salaud pour plaire à la société, ou s’engager parce que c’est la bonne personne ? De deux maux, le moindre : entre un époux qui vous méprise, et un concubin qui vous adule, que préférez-vous ?

Je sais qu’il existe des concubines plus heureuses que des épouses, et cela, personne ne pourra le nier. Des femmes au foyer se morfondent chaque jour devant des plats cuisinés avec amour, mais auxquels le mari refuse de toucher ; des épouses pleurent les soirs dans les oreillers douillets, pour des maris qui refusent de les toucher, pour une fois qu’ils décident de dormir à la maison ; des épouses, légalement mariées, refusent de révéler aux infirmières, l’origine des boursouflures de leurs visages, causées par des époux qui ont du mal à retenir leur poing.

Il existe des concubines, traitées avec tellement de respect, d’égard et de considération que le mariage paraît si… si inutile. Nous connaissons tous un couple, non marié, complice, tellement fait l’un pour l’autre.

Certains me contrediront avec des arguments juridiques ! Mais à ceux- là, je dirais que le Code togolais des personnes et de la famille ne fait (plus) aucune distinction entre les enfants nés hors mariage, et ceux nés dans le mariage ; à ceux-là, je prierai de lire quelques articles du droit commercial, ou du droit des sociétés, pour comprendre que ce n’est pas uniquement par le mariage qu’on peut hériter d’un homme. (Ah le sacré paragraphe de « l’entreprise comme technique d’organisation du patrimoine »).

Je le dis et je le répète : le mariage n’est qu’une institution qui ne fait que prouver quelque chose (ce que vous voulez), ou rien du tout. Mais je suis persuadé d’une chose : le mariage est une chose, la vie à deux en est une autre.

Ce n’est pas parce que certains hommes sont de respectables salauds que la femme est menacée dans une relation qui ressemble à un mariage sans en être un. Ce n’est pas parce que certains mariages sont de véritables échecs que le mariage n’est pas utile. Je ne fais pas un hymne en l’honneur du concubinage, du libertinage ou autre forme de vie à deux « illégales » (parler d’illégalité alors que le concubinage est désormais prévu par le CTPF ??). Mais comprenons-nous : on ne gagne pas le respect d’un homme en lui faisant un bébé, pas plus qu’on ne le garde en l’épousant.

De toute façon, vous serez conviés à mes noces, pour admirer ce qu’est un mariage grandeur nature, et les femmes pourront s’inspirer de mon épouse pour avoir une idée de ce qu’est la femme la plus heureuse de la terre.

J’ai dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

32 réflexions sur “Du mariage et de la vie à deux…

  1. coucou Aphtal,
    tu t’attaques à une anguille mon cher. tout ce qui est du domaine conjugal a du mal a être conjugué au présent simple. tout simplement parce que ce n’est pas simple. et voici selon moi pourquoi.
    d’abord le coeur. ensuite la conception de la femme. enfin les lois. j’explique:
    toute union n’a de joli et de resplendissant que la beauté de la femme (autant physique, ornementale, mentale que spirituelle). et l’intensité du joli de l’union est proportionnelle au poids de la poche du marié. par contre, plus d’une fois, le joli de l’union se retrouve inversement proportionnel à la valeur de la femme au foyer. mais le dénominateur commun de toutes ces variantes est le coeur. toute femme, dans les conditions normales d’amour et d’affection, met son coeur à l’ouvrage (le mari, la maison, les enfants). et quand une femme décide de t’aimer VRAIMENT, rien ne peut diluer cet amour. voilà ce qui explique pourquoi des concubines se retrouvent des fois plus heureuses que des dames mariées.
    ensuite, la conception de la femme. les femmes ont une manière de réflechir qui n’a rien à voir avec celle des hommes en ce qui concerne la vie à deux. pour elles, et de ce que je sais, il faut toujours plus que ce qui existe maintenant. en plus, elles accordent beaucoup d’importance à certains détails, apparemment anodins pour nous hommes. la conséquence, ce sont des crises, des conflits qui n’ont pas de raisons d’être, et des situations difficiles qui auraient pû être facilement et rapidement évitées ou réglées. une femme qui est aimée et qui vit dans sa maison ne se plaindrait de n’avoir pas été dotée tant qu’elle n’a pas assisté à une autre cérémonie de dot. elles sont influençables et aiment se comparer. voilà pourquoi on trouve toujours plus de femmes qui se plaignent dans ces centres de GF2D ou chez les notaires…
    enfin les lois. au risque d’être taxé de traditionnaliste (ce que je ne suis aucunement pourtant), je dis que l’Afrique a ses lois, ses coutumes en ce qui concerne la vie conjugale. mais l’éducation occidentale a créé un certain chaos. aujourd’hui, les femmes africaines oublient, que dis-je, ignorent les lois régissant la vie sociale africaine. elles n’en parlent que lorsque cela les arrangent. et même les hommes: droits de la femme, femme battue, infidélité conjugale, etc…
    ce que je veux dire est que si pour avoir une femme chez moi, je dois informer sa famille ou demander leur autorisation et puis c’est tout, pourquoi ne pas le faire. mais il ne faut pas oublier ce qui va avec. et c’est ce que nous ne voulons plus faire, le ce qui va avec (salaires des beaux parents, soins des cousins, camps de vacances des oncles, sans oublier les incessants funérailles). la civilisation occidentale nous a confiné dans les murs de nos maisons où la famille n’a de tentacules que les domestiques. c’est une réalité que ne peuvent comprendre que ceux qui sont mariés et ont déjà eu à s’ingérer dans les affaires de leur belle famille. avant l’arrivée de l’école et de l’église, en afrique noire, pour avoir une femme chez soi à la maison, c’était les parents qui faisaient le choix en fonction de plusieurs facteurs non-dits mais importants tout de même. et personne à l’époque et à ma connaissance ne s’est jamais plaint. enfin, relativement…(je suis sur qu’il y a quand meme eu quelque cas de Roméo et Juliette comme dans les nigerian movie). en tout cas, mon point de vue est que nous nous sommes nous même compliqué la vie avec des considérations d’un autre monde. nous voulons être et faire comme les blancs en étant dans des peaux noires et en vivant sur un sol noir. nos grands parents ne connaissent pas les problèmes comme celui sujet du billet de Aphtal. et pourtant, il est toujours question de la meme vie à deux. il est question d’une union entre un homme et une femme. il est question de la meme vie conjugale en afrique.
    alors, mon cher Aphtal, si une femme se plaint du manque de respect de son mari parce qu’elle n’est pas dotée, dis toi que derrière cette simple affirmation, et en plus de tout ce que tu as dis, qui est vrai, il y a aussi et surtout un autre aspect qu’elle ne te diras pas.
    par ailleurs, n’oublie pas jamais, ceci: quelque soit sa comportement, toute femme traiterait son homme comme un prince tant que ce dernier la satisfait PLEINEMENT au lit!!! a bon entendeur, salut…

  2. Bonne réflexion en tout cas. le mariage est beaucoup plus qu’une institution pour moi. c’est une union des cœurs et ce n’est pas la dot, ni le mariage civil et religieux que font le mariage. c’est l’amour, la confiance et l’acceptation de l’autre. je préfère être
    une concubine adorée qu’une femme bafouée.
    Après tout, chacun à le droit de faire le choix qui lui semple le mieux pour sa vie.

  3. Ma partiçipation sera celle-ci.J’aurais voulu que tu utilises le mot:Liberté au moins une fois.C’est la Liberté de chacun de choisir de se marier ou pas.En Occident:dans la Diaspora Africaine,on se marie d’abord pour des raisons économiques(papiers,travail,logement,voiture etc)et accessoirement pour se réchauffer pendant les longues soirées d’hiver.

    1. « Liberté » oui, « Liberté » ! Un mot dont je ne me suis pas souvenu, et qui aurait chagriné encore un peu plus, ceux qui me taclent !

      Mais ton affaire de se réchauffer durant l’hiver laaaaaaaaaaa !! Lol lol

  4. J’ai parcouru ton billet avec beaucoup d’intérêt.
    Pour commencer le nouveau design du blog ne me permet pas de lire les commentaires alors qu’a chaque fois que je parcours un blog je prend la peine de lire les avis des uns et des autres. Merci d’y remédier; je ne sais pas si les caractères peuvent être agrandis mais tu devrais voir ça.

    Ensuite par principe et ça n’engage que moi, je n’approuve pas les unions libres. Pas uniquement pour cet aspect de sécurité juridique, qui soit dit en passant, est fonction du régime matrimonial pour lequel l’on opte.
    De même qu’il existe des couples heureux sans mariage, il en existe de malheureux toujours sans mariage; ceci vaut également pour les couple non mariés.
    Je pense pour ma part, que ce post avait pour objet de présenter le préjudice supplémentairement que cause le fait de ne pas avoir d’engagement officiel, de ne pas avoir, par les démarche vers la famille, fait comprendre à son partenaire qu’il a intérêt à se tenir tranquille parce qu’on a une famille derrière nous, pour le ramener sur le droit chemin quand il s’égare.
    Pour ce qui est de garder l’amour au beau fixe et d’être toujours heureux, c’est un autre débat.
    Pressée de voir ta tronche de Kotokoli.

  5. hum…
    Ruth, tu sais pourquoi il faut établir des règles au sein d’une relation à deux?

    parce que les hommes sont ce qu’ils sont même eu égard aux règles bibliques.
    imagine qu’un jour ton mari ou ton concubin se donne un droit de d’interdire d’aller à telle ou telle église ou encore il se permet de vider ton porte monnaie sur le coup de l’amour ou qu’il vide le réfrigérateur pour ses amis le 12 du mois.
    les règles permettent de maintenir une ambiance de respect et de tolérance qui font éviter des crises sans aucune retombée positive. dans tous les groupes d’hommes il faut tjrs des règles.

  6. Excellent article frangin! je dirais juste ceci: dot ok, mariage ok… mais le plus important selon moi c’est le respect mutuel au sein du couple et cela doit se cultiver des le début de la relation.pck oui de nos jours le mariage tend à n’être qu’une institution et je dirais même plus une formalité et c’est dommage…
    Encore félicitations pour l’article. 😉

  7. Quand on intervient dans ce genre de débat, on porte nécessairement un jugement sur la façon de penser d’un grand nombre, et ce n’est pas un exercice facile. Pour ma part, je trouve le post de la dame sur Facebook rétrograde et assez révélateur des mentalités figées en Afrique. En même temps, ces mentalités ne prennent pas en compte le monde dans lequel on vit.
    Un exemple, deux personnes, jeunes, s’aiment. Ils n’ont pas de quoi payer la dote de la femme qui chez les Bashi (RDC, Kivu) équivaut à plusieurs tetes de vaux… sans compter les autres démandes. Le jeune homme et la jeune femme veulent vivre ensemble. par miracle , le garçon apprend qu’il a hérité d’une somme de 15 milles sollars. Son dilemme à partir d’alors, acheter un terrain pour lui et sa bien-aimé ou investir dans la dote de cette derniÈre?
    A lire ce que notre chere avocate témoigne, le mariage en Afrique ne mettra en avant , premierement, que la question d’argent.
    Nous vivons l’une des époques les plus difficiles du capitalisme et certaines personnes font comme si on était encore dans les « 30 glorieuses »…
    En passant, épouser hors d’Afrique ne demande pas de dote… et meme que « SE MARIER » tout court, est un concept simplement réligieux et culturel… ce n’est pas tout le monde qui en fait une règle de vie…

  8. Ce qui fait du mariage une institution, c’est la cérémonie et l’accord signé entre les deux parties. L’union est matérialisée par un papier, un certificat, il est institutionnalisé. Sauf que l’amour n’a pas forcément besoin d’institution. Les folles passions sont les plus rebelles, envers et contre toute institution, rappelez-vous ces paroles des « noces de Figaro » de Beaumarchais : « l’amour est enfant de bohème, il n’a jamais connu de loi ». Je pense que dans le doute, il faut juste choisir le juste milieu. Je crois que le comportement général demande une certaine légalisation de l’amour existant entre deux personnes. Par une cérémonie de dot, et/ou par un mariage. Et vivre son amour pleinement. C’est ce qui est légal. Maintenant, comme les lois sont faites pour être violées, ceux qui voudront vivre le parfait idylle sans jamais ressentir le besoin d’obtenir la bénédiction des parents alliés, amis, pourront se prêter au jeu. C’est peut-être, sait-on jamais, l’essence même de l’amour, celui qui défie les règles, et n’obéit à aucune loi, sauf à celle des amants!!!

  9. Certes Judith, je t’accorde le fait qu’en tant que chrétiens, le mariage reste non seulement un honneur fait à la femme, mais aussi un signe de respect et des lois religieuses et des lois morales. Cependant, même si les concubines subissent l’affront de leur concubin, il n’en demeure pas moins que ce que Aphtal a relaté dans ses écrits est plein de sens. Il y a des couples en concubinage qui sont plus heureux que ceux qui se sont mariés. Faut-il forcément passer par le mariage pour être heureux? Faut-il forcément passer par le mariage pour prouver à sa femme qu’on la respecte? Je connais des hommes mariés qui ont dit à leur femme, »je t’ai doté,donc tu n’as plus rien à redire ».

    Je comprends ton avis, mais le mariage n’est pas de facto un gage du respect supposé être accordé à la femme. « Si respecter une femme, c’est l’épouser, alors marions-nous tous sans exception. » Et c’est ce qui se passe justement. Ceci dit, le mariage n’est devenu qu’une institution.

    Je ne suis pas contre le mariage, ni pour le concubinage, je relativise, that’s all

    J’en ai fini

  10. aphtal, tu te trompe! Le mariage n’est pas qu une institution, cest se prononcer pour sa cherie devant tous et un graand signe de respect.
    la preuve, bcp de concubins privent leurs concubines de droits liés aux mariages (surtout en cas de dècès) et bcp d’hommes n hesitent a insulter leur femme en disant: t ai je doté?
    quand on aime une femme, vraiment, a moins ce qu il yait des forces majeures, on l’honore.
    Je ne t approuve pas du tout; et ton point de vue, je suis désolé n’est que celui d’un jeune homme.
    Il faudrait que tu fasses une journée au centre d’écoute du GF2D ou peut etre ceux etatiques comme le centre communautaire de Tokoin pour te rendre compte de combien de problemes sont liés à cette situation de concubinage. Tu dis que les enfants nés hors du mariage ont les memes droits que les autres. OK. Mais, toi Monsieur le juriste, une concubine et une femme mariée ont elle les memes droits?
    IL faut savoir etre critique, Aphtal! Sur ce coup, tu as faux mais je te l’accorde, le mariage n’est pas gage de bonheur! et pour nous chrétiens, il faut absolument présenter sa femme à Dieu! donc tout le sens du mariage!
    quel point de vue de jeunot Aphtal!

    1. Bonjour Judith ! J’espère que tu vas bien 😉

      L’erreur est humaine, je peux me tromper, il n’y a pas de problème à cela ! Le mariage n’est qu’une institution, je signe et persiste ! Cela ne prouve en rien le respect qu’un homme a pour une femme. C’est un raccourci que de faire du mariage une preuve de respect de la gent féminine.

      Beaucoup de concubins privent leur concubines de droits liés au mariage, certes ! Mais sont-ce toutes les femmes mariées qui jouissent des droits liés au mariage? Des maris ne privent-ils pas de droit leurs épouses? Même marié, des hommes n’insultent-ils pas leurs femmes, de façon plus dégradante que « t’ai-je doté »?

      Oui mon point de vue est celui d’un jeune, et je n’ai pas de honte à cela, car je suis jeune. Passer au GF2D pour écouter les atrocités liées au concubinage, soit ! Mais je t’invite aussi à passer dans les cabinets d’avocats, de notaires, de juges matrimoniaux, pour écouter également le déchirement des femmes, ou d’hommes, en instance de divorce.

      Une concubine et une femme mariée n’ont pas les mêmes droits, j’ai eu à le souligner. Mais quand vous dites « droit », vous dites juste ce qui se trouve dans le CODE ! Mais qu’en est-il du COEUR? J’ai également dit, qu’il existe des concubines plus heureuses que des femmes mariées qui ont les « droits » dont tu parles, Judith!

      Pour nous autres chrétiens, présenter sa femme à Dieu, c’est bien, mais Dieu ne se trouve pas que dans les parvis des églises, Tanty ! Mieux, notre Dieu, a-t-il besoin qu’on la lui présente encore, notre femme, si c’est Lui qui connaît déjà notre moitié, notre « côte »? (Question de jeunot, je prévient)

      Oui c’est un point de jeunot, Dagan ! Et je n’en ai pas honte 🙂

      Bisous là bas !

    2. Certes Judith, je t’accorde le fait qu’en tant que chrétiens, le mariage reste non seulement un honneur fait à la femme, mais aussi un signe de respect et des lois religieuses et des lois morales. Cependant, même si les concubines subissent l’affront de leur concubin, il n’en demeure pas moins que ce que Aphtal a relaté dans ses écrits est plein de sens. Il y a des couples en concubinage qui sont plus heureux que ceux qui se sont mariés. Faut-il forcément passer par le mariage pour être heureux? Faut-il forcément passer par le mariage pour prouver à sa femme qu’on la respecte? Je connais des hommes mariés qui ont dit à leur femme, »je t’ai doté,donc tu n’as plus rien à redire ».

      Je comprends ton avis, mais le mariage n’est pas de facto un gage du respect supposé être accordé à la femme. « Si respecter une femme, c’est l’épouser, alors marions-nous tous sans exception. » Et c’est ce qui se passe justement. Ceci dit, le mariage n’est devenu qu’une institution.

      Je ne suis pas contre le mariage, ni pour le concubinage, je relativise, that’s all

      J’en ai fini

    3. miss Judith,

      j’ai lu avec bcp de respect ce que tu as écrit mais laisse moi te dire je suis un tout petit peu déçue.
      « présenter sa femme à Dieu » je ne fais que te citer.
      c’est très bien, c’est l’idéal mais à quoi cela sert si après il faut que tu lui présente aussi tes coups de poing???
      moi je suis pour le respect mutuel dans les relations et je ne trouve vraiment pas que aphtal a fait une réflexion de jeunot.
      en plus je pense qu’on se marie par amour et non par intérêt et mon éducation m’a toujours martelé qu’il faut pouvoir s’assumer financièrement avant de prétendre à une quelconque union (pas que cela soit une obligation mais c’est toujours un idéal qu’on vise) et comme le dirait un très cher écrivain, le travail et après le travail l’indépendance mon enfant. ceci est juste pour remettre en cause tes dires selon lesquelles les concubins privent leurs concubines des droits liés au mariage et surtout après le décès. IL FAUT ETRE INDÉPENDANT DE TOUTE RELATION QUI PEUT VOUS NUIRE OU VOUS RENDRE PRISONNIER. si je peux assumer mes dépenses et ceux de mes enfants, qu’un concubin meure ; ou est le mal??? il a fait son temps, qu’il repose en paix!

      IL FAUT ARRÊTER DE MÊLER LE DROIT AU MARIAGE ET AUX AFFAIRES DE CŒUR. vous voulez un contrat??? oubliez l’amour et choisissez le premier venu qui peut subvenir à vos besoins, mettez un contrat sous sa gorge et signez le. respectez-en toutes les clauses et soyez heureux mais si vous voulez construire une vie basée sur les valeurs fondamentales de l’amour, oubliez ce que vous pouvez gagner ou perdre ; vivez comme si demain n’existerait pas et soyez heureux!!!

      sans rancune :-*

  11. Je suis d’accord que c’est le cœur qui est engagé dans un réel mariage. Mais suite au commentaire de Ayélé, j’aimerais souligner qu’on a vraiment pas besoin d’établir d’autres règles que celles contenues dans la Bible. Elles sont parfaites et obéissent à l’ordre défini par Dieu(qui l’a institué d’ailleurs) pour une vie de couple harmonieuse. Si nous prenions la peine de nous appuyer sur ses sages orientations!

  12. Slt Aphtal !

    Tout d’abord, je te dis bravo pour le nouveau design bien que je le trouve moins « visible » pour mes yeux de myope… 😉
    Ensuite, je te rejoins sur ton appréciation négative de Facebook; c’est pour cela que je n’y commente quasiment rien…

    Concernant cet article, je pense aussi que le mariage n’est qu’une institution et se différencie de la vie à 2 (objet d’un prochain article).
    Combien de mariage n’ont pas pérennisé harmonieusement une vie à 2 ? Comme si le mariage avait détruit le couple !
    Mariage ou pas, l’essentiel est d’avoir fait le bon choix mutuel.
    Le système de la dot n’est-il pas désuet voire obsolète ?

    Bref, tu te maries quand ? 😉

    Chriss 😉

  13. Tu as dit une vérité que beaucoup n’osent pas aborder dans les discussions…Mais il sera toujours difficile de voir une femme en concubinage pendant 20 ans par exemple avec un homme, comme c’est la « coutume » au Gabon par exemple. Eh oui, l’Afrique a de ses considérations, et au Gabon, le concubinage est tout ce qu’il y a de plus normal, l’essentiel étant de mettre en place un couple heureux, mais ces couples sont-il réellement heureux, vu que la femme aime « idéaliser » le mariage, sa célébration avec en toile de fond la fameuse dot?
    Toute une panoplie de questions qui chiffonnent parfois.

  14. Le vari mariage se fait entre le couple à un moment qu’il le decide! Celui devant l’officier de l’État Civil n’est qu’une formalité nécessaire pour bénéficier des droits! Le mariage se fait avec le coeur…Bien dit frangin!

  15. akriiiii
    en tout cas tu as dit! moi personnellement si je devais choisir entre une voiture et ma dot je choisirai une voiture. la dot n’est qu’une formalité aussi bien que le mariage. l’essentiel pour moi est que les parents connaissent les partenaires de leurs enfants et que ceux qui s’engagent aient à défaut de l’amour, bcp de respect eu égard à eux mêmes.
    et le plus important c’est d’établir des règles à ne pas dépasser et surtout savoir dire non aux coups de poings et stop si on n’arrive plus à tien maîtriser.
    se mette ensemble oui, se marier idéal, mais se respecter c’est primordial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.