Le Zarma, l’Argent, et le Togolais

Un ami Zarma (mot pour désigner les commerçants nigériens installés au Togo) m’a une fois dit ceci :

«  Vous autres togolais vous me faites rire. Voilà quelqu’un qui a raté ses classes et puis il veut faire commerce. Et lui pour commencer, il veut qu’on lui ouvre une boutique carrelée avec ventilo ou clim. Nous autres (eux les Zarma), on commence par vendre chaussettes, puis des montres bracelets, puis des sous-vêtements, puis des chaussures, avant d’aller vendre au Grand Marché de Lomé. Et même une fois là-bas, tu te ballades proprement avant de t’asseoir devant la boutique de ton frère.

Vous là, (nous autres togolais) vous n’avez jamais cherché la monnaie de 10.000 FCFA pour un achat de 235 FCFA, et vous voulez qu’on vous confie des millions pour aller passer des commandes en Chine ?? »

Honnêtement ? Oui, sur le coup j’en ai été vexé au plus haut point. Mais quand j’ai réalisé que j’étais en effet incapable de me balader avec des chaussettes et des montres bracelets sous le bras, je ne pouvais que lui donner raison, et ranger mon égo qui m’empêchait de commencer le plus petit des commerces.

Au fait bonjour chers lecteurs. Je vous espère en pleine forme. Cet article, je le rédige en même temps pour pester contre certains individus (j’en viens, j’en viens), et peut-être donner quelques petits conseils.

>>> Quelques petits Gnadoè :

Avez-vous jamais essayé d’effectuer un achat chez une revendeuse togolaise au grand marché, tôt le matin avant 9h ? Ou peut-être vous êtes-vous limité à juste demander le prix des articles et à vous éloigner ? Elle ne vous a rien dit ? Sinon, elle vous a dit quoi exactement ? Bref, moi je ne fais que poser des questions hein.

Avez-vous par contre essayé de faire pareil avec un vendeur Zarma ? (Remarquez qu’au Grand marché, la majorité des femmes sont togolaises, et les hommes sont Zarma. Les femmes vous diront qu’elles sont battantes ; les hommes Zarma vous diront que le togolais ne sait pas s’occuper d’une femme. Mais ça c’est un autre débat.). Avez-vous essayé de lui proposer un prix débile pour son article ? Quelle fut sa réaction ? Bref, là encore je ne fais que poser des questions.

Et au fond, Abdoulaye, mon ami Zarma a raison. Il a fallut longtemps pour voir des petits togolais vendre du chewing-gum ou des papiers mouchoirs, aux feux tricolores. Et ces derniers osent rarement aller commercer au Grand marché, majoritairement aux mains des zarmans, grands comme petits.

Le jeune togolais, avant de faire quoi que ce soit, te dira : « j’ai étudié le marché, j’ai remarqué qu’il y a un manque de chaussures Mocassins, dans la capitale. C’est moi je vais combler ce vide » ; « j’ai remarqué que les bars qui existent manquent de quelque chose de captivant ; je veux créer un bar VIP, avec miroirs, fauteuils bourrés, lumière tamisée…classe quoi ».

Bref, le togolais est porteur de projets souvent débiles nécessitant de lourd fonds de démarrage ; des fonds qu’il est incapable de rassembler dans l’immédiat, pour aller hurler à qui veut l’entendre qu’on ne soutient point l’entrepreneuriat dans ce pays. Avec 1.000 FCFA, le Zarma se tape quelques paires de chaussettes, et c’est son fonds de commerce. Normal de le voir dans dix ans aller en Chine pour y commander nos télé et frigos.

>>> Et le commerce en ligne ne se porte pas mieux.

Image d'un deal

Qui dit commerce dit achat et vente ; acte d’échanger un bien contre un autre, ou contre de l’argent. Et quand on dit commerce en ligne, tout bêtement, je me dis que cela doit être pareil, sauf que là les premières négociations se font sur Internet, avant conclusion dans le réel.

Tenez ! J’ai récemment décidé de vendre ma moto. J’ai donc pris des photos d’elle, que j’ai posté dans le groupe Facebook, JeVendsJachète, celui où m’a-t’on dit, il y a généralement de bonnes affaires. Sous la photo, je mets les informations pouvant intéresser toutes personnes de bonne foi : « date d’achat, kilomètres parcourus, état de l’engin, et bien entendu, une infoline pour les négociations. »

Ma moto HAOJUE en vente. Vous voyez comment elle est belle non? Si jamais vous êtes partant, e-mail les gars 🙂

Les commentaires que j’ai eus en dessous de mon post justifient largement une décision sans appel : le togolais n’a guère le sens des affaires.

Aussi ai-je décidé de donner quelques conseils aux internautes, lorsqu’il y a un article proposé :

  • S’informer au préalable sur…

>>> L’article : Quelqu’un dit qu’il vend une moto Haojue, déjà immatriculée. Le premier réflexe, c’est de s’informer sur le prix de l’article à neuf (360.000 FCFA), y ajouter les frais d’immatriculation (55.000 FCFA), histoire d’avoir une idée sur le coût normal de la chose (415.000 FCFA). Lorsque cet exercice est fait, vous savez si le prix que propose le vendeur est raisonnable ou pas. On vous dit qu’on vend une moto immatriculée, achetée il y a moins de trois mois, vous proposez 100.000 FCFA Cash. Vous faites exprès ?

>>> Le vendeur : chers amis, oui, il y a très souvent des voleurs qui veulent liquider un bien frauduleusement acquis ; il y a des gosses de riches qui veulent se débarrasser rapidement de certains de leurs gadgets ; il y a certains qui vendent des choses à cause d’une urgence, ou d’un pressant besoin ; mais de grâce, ne prenez pas tout le monde pour des crève-la-faim.

Certains vendent leurs bien soit parce qu’ils en ont de trop (si j’ai 10 Tablettes et que j’en vends 3…), soit parce qu’ils veulent avoir mieux (Vendre un vélo pour acheter une moto, par exemple). Et puis tout le monde n’est pas votre égal. Vous avez quoi ? 19 ans, 25 ans ? Il y en a dont le fils aîné vous dépasse en âge. Le langage doit être approprié, sinon, votre groupe de vente passe pour un repère de jeunes impubères.

  • L’infoline n’a pas été mise pour rien.

Lorsque vous allez dans un marché, vous allez dans le rayon qui vous intéresse, et vous demandez expressément les prix, pour engager les négociations non ? Eh bien pourquoi vous est-il si difficile de faire pareil, sur Facebook ou autres sites de vente ? Au lieu de faire le zouave sous le post du vendeur, écrivez directement à la personne, et parlez affaires.

  • Que tout se fasse dans le respect.

Sérieux, togolais ! Tu ne peux pas acheter un HTC One X à 80.000 FCFA, l’utiliser durant deux années, et essayer de le refiler à 120.000 FCFA. Où est le respect ?

Quelqu’un propose de revendre une imprimante à 60.000 FCFA, il est vraiment embêtant de faire une contre-proposition de 8.000 FCFA. C’est tout simplement de la sorcellerie.

  • Changez votre perception du lucre.

C’est mon ami Zarma qui a l’habitude de me dire ceci :

« Vois-tu, vous les togolais vous pensez être plus intelligents ou plus avancés que les gens. Vous allez déposer l’argent en banque, vous avez carte bancaire, et vous pensez que c’est la fin du monde. Quand tu as longtemps vendu les chaussettes, tu sais que même 15 FCFA, c’est du bénéfice, c’est la grâce. Donc quand on te demande de donner 100 FCFA pour déposer ton propre argent, pour nous, il y a problème. Et quand on te dit qu’on te prélève 500 FCFA sur ton argent quand tu mets ta carte dans une autre banque, là là là pour nous c’est un péché même. »

Nous autre togolais quand on ne perçoit pas bénéfice de 10.000 FCFA par article, on ne marchande pas. Je ne veux pas prendre le risque d’affirmer que c’est de l’avidité. Mais en tout cas bon commerce à vous.

Y a même un Zarma qui s’est proposé pour acheter la moto. Il a aussi vu la photo sur Facebook, et m’a appelé, au lieu de jaser sous la photo, comme l’ont fait mes frères togolais. (Mais si quelqu’un propose mieux, baah, je suis preneur 🙂 )

Dans la vie comme dans les affaires, seuls les tonneaux vide font du bruit, résonnent et jamais ne raisonnent.

J’ai dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

10 réflexions sur “Le Zarma, l’Argent, et le Togolais

  1. Tu parles en effet d’un des aspects les plus étrange et paradoxal de notre culture au togo… CE problème que nous avons avec le « petit commerce » et notre manque d’intélligence du terrain.
    Bel artcicle en tout cas! (tu veux pas me présenter ton ami Zarma là? peut-être qu’il a une ou deux chaussettes avec lesquelles je pourrais me lancer aussi! 🙂 )

  2. Bonjour les amis,

    J’aimerais nous dire que les opportunités pour nous en sortir sont pleines sont légions. Dites à une bachelière d’aller faire l’école de la haute couture, et vous entendez sa réponse. Dites à un jeune ayant licence d’essayer le jardinage, et vous entendez sa réponse. Pourtant, ce sont les secteurs porteurs.
    Vivement que nous voyons les choses avec d’autres yeux

    Merci à vous

  3. Ah oui_
    je suis vraiment stupéfait…quelle remarque étonnante ….C est juste devant notre nez que tout ceci se passe..Et on a toujours pensé que c était normal..alors chapeau aux zarmas..Avouons que nous avons des cours à recevoir d’eux….le zarma a le commerce dans le sang…

  4. Je comprends et partage totalement ton point de vue.
    – Le Togolais comme j’aime dire souvent a une estime trop démesurée de lui-même. Le fameux « Gna gné ma té wô nouwan oh! » . Il ne veut pas qu’on le voit faire certaines « choses »

    -Par rapport au fameux groupe j’ai vécu pareille situation . J’ai posté une annonce. Et quelques jours après avertis du type de personnes qui interagissent avec vous, une seconde en rajoutant « Je ne suis pas mort de faim » Ils n’y sont pas allés de main morte pour m’insulter. Mais comme tu dis « Dans la vie comme dans les affaires, seuls les tonneaux vide font du bruit, résonnent et jamais ne raisonnent. »

    – Pour finir, le jour où le commun du Togolais comprendra le principe de dépréciation d’un bien, le monde des affaires au Togo sera (peut-être) un peu sauvé.

  5. Merci pour les conseils et aussi pour les mots qui ont quand même permis de donner forme aux maux. Comme quoi c’est petit à petit que l’oiseau construit son nid et pas autrement.

  6. Ha ha.Togolais ne connait vraiment pas business. Meme en friperie quand tu lui présentes un produit de qualité il attend que tu lui proposes un prix pour s’écrier: »wouah c’est trop cher » meme s’il a les moyens de se l’offrir.

  7. C est réel. Nous voulons toujours gagner gros et vite. J ai mon coordonier depuis 3ans avec qui je cause qui m à montré une fois son chiffre. D affaire d une journée, il aurai t payer ma dot. Mais sérieux ils se font de l argent.

  8. Quelqu’un propose de revendre une imprimante à 60.000 FCFA, il est vraiment embêtant de faire une contre-proposition de 8.000 FCFA. C’est tout simplement de la sorcellerie., Aphtal, j’ai pouffé de rire en lisant ça..Tu as bien vu en tout cas.le turc, c’est que au moins 50 pour cent de ceux qui donnent des prix ou commentent ces post là, n’ont même as argent de zémidjan..Ils n’achètent quedalle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.