Gare à qui veut mon zizi

Ah, pauvreté, quand tu nous tiens. J’ai fait une remarque selon laquelle, lorsqu’on est pauvre, on est philosophe. La remarque vaut ce qu’elle vaut, elle n’engage que moi. Moi je pense que, lorsque l’on est pauvre, lorsqu’on a du mal à joindre les deux bouts, lorsqu’on s’offre difficilement deux repas par jour, l’on se met […]

Lire la suite de "Gare à qui veut mon zizi"