Bakhary Potter! Arrêtons le massacre

Article : Bakhary Potter! Arrêtons le massacre
Crédit:
15 février 2013

Bakhary Potter! Arrêtons le massacre

Broom (Crédit: MorgueFile)

Janvier dernier, j’étais au village de ma mère, pour les funérailles de mon grand-père. C’est une petite localité, située à un peu plus de 145 km de Lomé. Elle est à environ 60km de la ville touristique de Kpalimé, et donc située dans la région des plateaux. C’est un village calme, chaleureux, accueillant, et reposant. Il est traversé par une petite rivière, qui justement passe exactement sous la fenêtre de feue ma grand-mère Béatrice, morte, elle depuis 1997. Le soir, la chorale des cigales égayait nos tympans, et la fraîcheur qui s’abattait sur le village, nous fait oublier pour quelques jours, le quotidien stressant de la capitale.

D’ailleurs voici quelques images du village…

image: Aph Tahl
image: Aph Tahl

Photo-0097

Photo-0094

Photo-0081

Photo-0077

Photo-0073

Photo-0073

Pourtant, Kpélé-bémé (puisque c’est de ce village dont on parle), n’a rien d’une carte postale. Ne vous y trompez guère. En s’y rendant, le repère qui annonce l’arrivée, est un cimetière, à l’orée du village, rafraichi par l’abondant feuillage d’un immense manguier. Quelques mètres plus loin, c’est le pont qui surplombe la rivière sus-citée, puis la bâtisse de l’église presbytérienne, l’un des rares édifices en ciment, à la façade moderne. Oui, le village compte deux débits de boissons, et c’est tout.

Je discutais avec mon Oncle William, sur l’état et l’aspect du village, en lui servant un discours plutôt accusateur, ciblant les intellectuels de la localité. Je leur reprochais principalement d’être de mauvais acteurs de développement de la nation ; je leur reprochai d’être inutile au village, d’avoir déserté la région pour s’agglutiner en ville ; je leur reprochai leurs investissements qui auraient été bénéfiques et salutaire au village qu’ailleurs. Il sourit, me regarda, termina son petit verre de Sodabi, puis me dit :

« Vas te reposer, nous avons du boulot. Demain après l’enterrement, et les salutations, reviens me voir. Je te ferai visiter le village. Allez, file ».

Adepte du Silence, je ne dis mot, puis regagne mes quartiers. D’habitude, j’occupe la chambre de grand-mère, avec d’autres cousins, ce qui vaut de sérieux reproches à ma mère, de ma part. C’est vrai quoi, elle pouvait aussi construire une petite pièce dans la cour non ? Pourquoi toujours s’entasser dans une vieille chambre avec les autres cousins ?

Samedi, mise sous terre de mon grand-père Gustave.

Lorsque j’arrive enfin à la maison, vous savez, on doit restaurer les invités. Ce qui fut fait. Oncle William, allons visiter Bémé. Le village n’était pas vraiment grand, alors, une heure de temps à suffit pour faire son tour. Mon oncle, Chef Laboratoire à l’hôpital de Sokodé, se sentait visé par mes critiques, et tenait à ce que certaines équivoques soient levées. Ce qu’il me dit, je le résume ainsi :

« Petit, personne n’est fier de revenir voir le village dans cet état. Mais c’est mieux ainsi. Tu sais, nous autres, sommes trop petits pour révolutionner quoi que ce soit. Ce village a eu des natifs qui furent premier ministre, ministres, députés, médecins, et qui occupèrent de bons postes décisionnels. Tu crois qu’ils n’ont jamais essayé de changer l’aspect du village ? Regarde cette maison par exemple, elle appartenait à un architecte. L’autre au fond, non crépie là, c’est un médecin qui le construisait. Là, c’est à un professeur d’université ; là, c’est à une dame, revendeuse au grand-marché de Lomé ; tu vois celle qui a les tuiles sur le côté-là, c’est à un ingénieur agronome, vivant jadis en Russie. Regarde, quelqu’un a même tenté une maison à étage…. »

J’avoue que c’est la première fois que je découvre ainsi Bémé. Mais chose étrange, toutes les maisons, je dis bien toutes les maisons que mon oncle m’a fait visiter, avaient une chose en commun : c’est d’être inachevée. Toute maison construite avec du ciment, demeure à l’état de chantier, c’est-à-dire, jamais terminée. Il y en a qui s’arrêtent à la fondation, d’autres ont des mûrs qui arrivent au moins au niveau de la fenêtre ; et pour les plus chanceux, les mûrs s’arrêtent au niveau du chaînage. Ce que mon Oncle m’a donné comme raisons à cet état des choses, m’a glacé le sang. Tous ceux qui commençaient à construire au village mourraient d’une façon étrange : accident de circulation, courte maladie, fièvre, maux de ventre, suicide, et autres. Sans blagues.

Tu veux avoir une maison de campagne, ils t’offrent une place sous le manguier du cimetière. C’était quasi systématique. Les rares personnes qui arrivent à avoir une maison totalement construite sont celles là qui ne sont pas originaire de la localité, et qui ne s’y sont pas mariées. C’est la triste vérité. J’ai honte de le dire, mais il y a des gens au village qui mangent les âmes des gens, et qui naviguent à contre courant de la civilisation. Je sais pas comment ça se passe chez vous mais, à Bémé, en ce 21ième siècle, les gens meurent pour s’y être rendus en joli véhicule 4×4, pour avoir apporté un sac de riz parfumé, pour avoir acheté un paquet de ciment, pour avoir démoli la vieille case de grand-père et tenté de la reconstruire en plus grand. Et après les funérailles, gare à qui voudra profiter du calme retrouvé, avant de regagner la ville. S’il n’est pas mordu par un serpent, on le retrouve froid dans son lit, au lever du soleil.

Demandez-moi pourquoi, malgré mon amour et mon respect pour Vieux Gustave, je regagne Lomé, le soir même de l’enterrement. En rentrant de la tournée avec mon oncle William, il salue un vieux, qui me serre également la main, et me demande si c’est moi le fils d’Olivia. Euh oui, répondis-je, hésitant.

« Ah, tu dois être Afoutali (vieux con, on dit Aphtal), le premier gosse qu’Olivia a fait chez les cotocoli non ? C’est pas toi qui fais les études que font les avocats là ? J’ai appris que tu as terminé au campus, ou bien ? Ah tu as bien grandi hein ! Désolé pour ton grand-père, petit. Il était vieux mais, il aurait pu boire la bouillie dans ton salaire, hein, tu sais ? Du courage, petit. Ton stage là se passe bien j’espère ? Reviens nous voir de temps en temps, on ne coute pas cher ! On a plus de dents pour manger viande, donc on ne boit que Sodabi. J’attends ma bouteille, petit ».

 

Han ? C’est qui, lui ? Village là où on ne vient que 2 fois par an, pour un ou deux jours en tout ? Lui il connait mon parcours comme ça ?

« Neveu, tu vois pourquoi on veut rien faire ici ? On fait tout pour oublier les gens du village, mais eux ne nous oublient jamais », me dit, oncle William. Qui a dit que c’est seulement à Poudlard qu’on sait voyager à dos de balai ? Voldemor vit parfois à Bémé !

J’ai dit!

Partagez

Commentaires

keitamamady
Répondre

Oh cette histoire de sorcier là.Au lieu de manger des âmes ces sorciers feraient mieux d'apporter leur mystérieux savoir au service de l'innovation,de la création bref du développement.Heureusement que le jugement dernier frappera ces sympathisants de Satan. Bien écrit mon frère que Dieu nous protège.Bonne continuation

Aphtal CISSE
Répondre

Merci mon frère! A tout de suite sur ton blog

sckaarr
Répondre

tu sais c'est dépôt de dossier seulement j suis allé faire au village et j suis revenu avec un mal au pied que j n'arrive tjrs pas guerir malgré les efforts de la médecine moderne.le simple fait q j dise q j suis le fils de M. Adzoyi et q c'est la maison de mon papa qi est là bas ma coûté mon pied.jè un oncle qi vien de kpélé,on lui di qil ne pourra pas terminer son étage qil a commencé par contruire ds son village.j vous assure q sa femme bénoise a juré q'il allait terminé ca et elle a supervisé de près la construction qi aboutissa il ya de cela 2 ans.il la construit avc l'aide de sa femme.on di souvent q cè au bord du marigot qon connait la différence entre 2 marmites

Aphtal CISSE
Répondre

Hehehehe, comme quoi, Bénin maitrise Gbass de bémé. Mais shuuuuut! J'ai une épouse béninoise, alors, n'en parle pas stp

DOUMBIA Yacouba
Répondre

Haaa ouiii les béninois sont maîtres incontestable dans ce domaine! lol

Aphtal CISSE
Répondre

Je ne suis pas dedans hein...

Danielle Ibohn
Répondre

Drole d'histoire , et bizarre hummm

Aphtal CISSE
Répondre

En tout cas, point plus bizare que toi, douce et tendre épouse. Bisous. :p

RitaFlower
Répondre

Ce phénomène de mort subite que tu décris est présent partout en Afrique.Tu fais cas des habitations içi.C'est pareil pour des parcelles de terres ou des plantations qui succitent tant de convoitise,de jalousie,de méchanceté gratuite et de haine de la part des autres habitants du village ou meme de mutinationales étrangères. Lorsqu'on installe l'electricité et on met l'eau dans un lieu reculé,cela profite à tous les villageois pas seulement à une seule famille et à son entourage proche.Si tout le monde le comprend un jour,un village peut alors se dévellopper vite.Changer les mentalités n'est pas une promenade de santé.P.S.qui est cette charmante jeune fille à coté de toi,Aphtal.Sympa cette visite guidée dans ton village natal,j'adoooore.

Aphtal CISSE
Répondre

Ah, grande soeur, c'est une cousine hein, la petite. Figure toi qu'on ne s'était plus vu depuis 08 ans...
PS: C'est le village de maman, moi je suis originaire de Sokodé, beaucoup plus au nord, et beaucoup moins plaisant...

DOUMBIA Yacouba
Répondre

C'est dommage mon frère, mais c'est la réalité partout en Afrique...J'ai longtemps accusé mon vieux de se désintéresser du village. Le monsieur ne passe jamais une nuit dans le village même en cas de décès. Mais depuis peu je le comprends, après avoir pris un peu de temps pour causer avec des jeunes du village lors d'un de mes passages de salutation. L'égoïsme est la seule chose qu'ils sèment actuellement dans les champs à la place des cultures. Les petits enfants grandissent avec ce sentiment dans le coeur!!! Ha non j'ai été franchement démoralisé le jour que j'ai passé 30MNS avec quelque uns de mes vieilles connaissances. Façon dont ils parlaient en mal d'autres personnes, j'ai pris peur pour ma propre vie. Mais heureusement Dieu est au dessus de tous!

Aphtal CISSE
Répondre

Dieu est certes au dessus de tout! Mais ces gens là aussi ne sont pas rien hein! Méfiance; méfiance...

Babeth
Répondre

Je dis oh ta main là c'est sur botchô de la cousine tu as déposé ça hum Afoutali tu aimes ça hein... Sinon ça ira chez moi à Abraco c'était comme ça mais maintenant là ça va tu veux connaître notre secret?

Aphtal CISSE
Répondre

Ah je vais faire comment, tanty ?