17 février 2013

Ma prochaine lettre de motivation est prête…

Letter (MorgueFIle)

Hier, je procédais à l’inauguration de mon fast food. Ce n’est pas un McDo, ni une grande enseigne. Juste un endroit tranquille et propre pour déguster en toute tranquillité de savoureux mets. Inutile de vous dire que j’y suis le Chef cuistot. Peu d’entre vous savent que j’ai fait seulement six mois en Hôtellerie Restauration, avant de m’inscrire en Droit, sous la pression de mon géniteur. Oui je fais ma propre pub, et alors ? En fait je vous parle de cette inauguration, car elle m’a permis de faire une rencontre, et pas des moindres.

Entre deux services, je me fais accoster par un client, plutôt âgé, élégant, rieur, et affable. Il se met à me taquiner, à me demander pourquoi je fais un truc de femmes. Je lui réponds, et lui dit que je suis juriste de formation. Son visage s’illumine, et il se présente à son tour, comme avocat au barreau de Lomé. Lorsqu’il finit de manger, il me fit encore appeler :

« Mon cher ami, appelle-moi après ! Mets à jour ton CV, rédige une petite lettre de motivation, et viens me voir d’accord ? Je n’ai pas grand chose à te donner mais, je suis sûr qu’on pourra s’entendre. Allez, on se dit à bientôt ? Bonne soirée »,

Me dit-il en me tapotant les épaules. J’étais tout excité, à l’idée de décrocher un autre petit job, dans mon domaine, et de façon si inopportune. Mais ce matin, j’ai repensé à notre discussion de la veille, et dans ma lettre de motivation, j’ai décidé de jouer la carte de la franchise. Je vous la soumets, en attendant vos avis, avant de l’expédier à Maitre Aliboron !

                                                                                                            Lomé, le 17 Février 2013

Aphtal CISSE

Objet : Demande d’emploi.

Honorable Maître,

Ce n’est pas vraiment un honneur pour moi, de m’accouder à une table, pour rédiger une fois de plus une lettre destinée à convaincre un hypothétique employeur. Si mon chômage ne suffit pas à vous convaincre de ma motivation, c’est que vous pensez que c’est un plaisir pour moi de passer mes journées à la maison.

Maître, comme je vous le disais hier, je suis nanti d’une Licence en Droit Privé, Options Affaires et Fiscalités. J’ai fait partie de la première promotion du prestigieux Institut des Hautes Études des Relations Internationales et Stratégiques, IHERIS-TOGO. En outre, cette année, si tout va bien, j’obtiendrai une autre Licence en en Droit Privé, Option Profession Judiciaires, à la Faculté De Droit de l’Université de Lomé.

Vous vous direz peut-être que je me contente trop de ma Licence, mais si notre pays avait une spécialité en Droit Maritime, croyez-moi, je serai en train de préparer mon Master 2, cette année. Rassurez-vous, au-delà de l’aspect purement théorique de notre cursus universitaire, j’ai acquis une expérience professionnelle non négligeable.

J’ai passé deux années de ma vie au sein d’une étude d’Huissier de Justice, 03 mois au sein d’une respectable compagnie d’assurances, et 03 autres au Service Achat et Approvisionnements du Département Moyens et Logistiques de la plus grande société de Télécommunication du Togo.

Du coup, je me dis que ce serait surement très excitant de travailler avec vous, mais je sens que je n’ai plus grand-chose à apprendre. Je ne suis pas le plus diplômé ou le plus expérimenté du Togo, mais moi aussi je peux me vendre cher, je crois.

Je voudrais alors que certaines vérités soient dites : Je n’ai pas fréquenté gratuitement, moi ! Ma mère s’est endettée pour me scolariser, et je me suis tué pour avoir les cours polycopiés, et effectuer des recherches. Je ne vous parlerai pas de la petite fortune qu’a coûté les déplacements, jusqu’à l’obtention de la Licence. Si je dois travailler pour vous, Maître, il ne faudra pas ignorez cet aspect des choses. Je ne travaillerai plus GRATUITEMENT pour qui que ce soit, et j’exige un contrat de travail en bonne et due forme, avec une rémunération respectable et une  déclaration à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.

Demandez à tous mes ex-employeurs, je suis un jeune motivé, assidu, respectueux, élégant, éloquent, intelligent, rigoureux envers moi-même et amoureux du travail bien accompli. Et plus, je suis Apprenti-blogueur sur une plate-forme de RFI. Vous êtes Maître, certes, mais moi non plus je ne suis pas n’importe qui.

Ce sont mes seules conditions, et j’espère que ma lettre reflète assez clairement avec qui vous avez à faire. Je suis disposé à discuter sur mes horaires de travail, si vous consentez à me retenir, mais aucune  négociation ne sera admise sur les autres points. Soit vous me prenez à ces conditions, soit vous me laissez à mes casseroles dans mon fast-food.

Dans l’attente d’une collaboration future, veuillez lire en ces lignes, Maître, l’expression de mon profond respect ».

J’ai dit !

Partagez

Commentaires

Eli
Répondre

Je suis tombé sur ce blog par hasard et il faut dire que je me délecte beaucoup en te lisant. Je suis friand du français bien écrit et de ses tournures mais comme je suis incapable d'en écrire moi-même, je tire chapeau à ceux qui le manient et tu en fais partie.
J'ai aimé ta lettre, elle est ingénieuse et surtout audacieuse et j'espère que l'avocat saura t'apprécier à travers elle, même si je doute fort que ce n'est pas celle là que tu lui enverras :-)
Tant pis pour lui s'il ne te recrute pas mais sache que tu as de la valeur.
Amicalement!!!

Aphtal CISSE
Répondre

Merci, Eli! C'est gentil! Ça fait plaisir! J'espère te revoir ici plus souvent
Cordialement, Aphtal

bella
Répondre

moi je n'irai pas dans le mêm sens avc lè autres ki ne pensent certainement pas ce kil disent. combien d'entres eux seront capables d'envoyé une telle lettre? cè bien d'être original et cè ce kon recherche now à travers les CV mais aphtal il ya originalité dans originalité loo. va vite revoir ce CV et retire tt ce ke tu n aimerais pas lire toi mem si tu étais à la place de ce pauvre avocat ki ne souhaite ke touvrir une porte sur le monde des emplois

Paul Alomegnon
Répondre

hahahahahaha Bella tu as raison dehhhhhhh.

nathyk
Répondre

ORIGINAL... C'est tout toi Aphtal. Tu as des meteores qui te catapultent le systeme chaque 2 secondes. Cet avocat perdrait une mine d'or en faisant l'erreur de te laisser a tes casseroles. Affectueusement ! Nath

Mylène
Répondre

J'ai bien apprécié le billet. Je ne sais pas si la lettre sera appréciée par cet employeur, mais pourquoi pas ?! J'ai hâte de savoir le résultat... Bonne continuation !

Aphtal CISSE
Répondre

Merci, grande-soeur! Bien à toi, depuis Lomé. Bisous

Lightman
Répondre

Merci pour ta franchise et l'éclairessicement de ton CV... Ravis je ferais de mme comme toi....pour mes employeurs...

Aphtal CISSE
Répondre

Es-tu sûr que se soit une bonne idée, Lightman?

KABA Madigbè
Répondre

Ah... Une lettre de modestie et de franchise, je pense. Après tout, il doit pas telaisser à tes casseroles hein, lol. @+ Aphtal.

Pascaline
Répondre

Super lettre! Je vais peut-etre reprendre ton idée pour ma prochaine lettre, peut-être que l'originalité permet de se démarquer aux yeux des employeurs, puisqu'il ne reste plus que ça pour les jeunes... Le processus de recrutement est à double sens : les deux parties doivent etre satisfaites, mais on semble avoir oublié que le candidat a aussi son mot a dire, merci de nous le rappeller!

RitaFlower
Répondre

C'est dure de"se vendre"face à un futur employeur.Tu sais tout est négociable Aphtal au cas ou tes conditions d'embauche ne te conviennent vraiment pas.Meme s'il y a des avocats véreux au Togo et partout sur la surface de la terre,accorde lui une chance de t'avoir au sein de son cabinet.N'oublie pas que c'est cet homme de loi qui a fait la démarche d'aller vers.Ton profil l'intéresse surement à mon avis.P.S. c'est préférable d'enlever de ta lettre de motivation tous les propos qui fachent,hein.Tout le monde comprend que tu as ouvert ce lieu de restauration en attendant de trouver mieux ailleurs.Saisis donc cette opportunité,tu verras bien.Oh.

Aphtal CISSE
Répondre

Ah, toi tu fais toujours tout pour me faire changer d'avis. Bah on verra bien, mais franchement je vais plus me laisser faire hein

Josiane Kouagheu
Répondre

Mort de rire, tu parles Serge. Quelle franchise Alphtal! J'ai bien peur que maître ne te traite comme le jeune journaliste de l'époque qu'était Serge. Contrairement à lui, tu as heureusement une seconde occupation: restaurateur.

Cependant, j'ai relevé une toute infime faute d'inattention au 6ème paragraphe: "il ne faudra pas ignorez cet aspect des choses". Je pense que c'est IGNORER non? (je le relève par ce que tu vas certainement soumettre ta lettre à ton futur employeur).

Félicitation pour ta franchise et bonne chance avec maître Aliboron même si je pense un peu comme Sympho que ta lettre ressemble à un réquisitoire contre le pauvre bougre.
Courage!!!

Aphtal CISSE
Répondre

Haha, merci, Josiane! Et merci pour l'erreur. Wow, je l'enlève et puis je rédige proprement la lettre. On verra qui va employer qui.

sympho
Répondre

Bravo pour l'ouverture du restaurant et bonne chance,

Quitte à jouer la franchise, je dirais que cette lettre me donne l'impression que tu ne souhaites pas revoir maître aliboron, ni comme employeur ni comme client dans ton fastfood.

Elle est un peu longue à mon gout et ressemble par endroit à un réquisitoire contre le pauvre bougre (à ma décharge, je ne suis pas employeur). Ceci dit, votre précédent entretien resituerait peut-être le tout dans un contexte qui la rendrait plus compréhensible.

Qu'est-ce qu'il y avait au menu du resto ?

Serge Katembera
Répondre

A kinshasa, j'i travaillé pendant une année comme journaliste dans une grande chaine de la capitale, et ce après avoir obtenu ma licence en journalisme. J'avais 21 ans, Et du coup, personne ne me prennait au sérieux, malgré mes compétences avérées... Hum, je sais ce que tu peux ressentir quand tu dis ne pas vouloir travailler gratuitement. Mon ancien "boss" me payait les frais de transport et salaire misérable. Je me suis rendu compte qu'en Afrique les employeurs ne se savent pas qu'un travail doit pouvoir rendre les efforts et l'argent dépensés pendant la formation.

En tout cas, félicitations pour ta "transparence", c'est ça la démocratie. Si l'avocat ne t'embauche pas, soit au moins sûre qu'il est mort de rire en lisant ta lettre.