Que la Loi soit dignement représentée…

Traffic light (MorgueFile)

Fiat lux !

J’éprouvais de la paresse à rédiger ce billet, mais là je suis décidé à le publier. La motivation ? Eh bien cet après midi, en me rendant à la célébration de la Journée Mondiale de la Poésie, un policier nous a renversé, parce que mon conducteur n’avait pas de plaque d’immatriculation sur sa moto. Je n’ai pas réagi ! Je suis juste parti, maugréant en moi-même. Là, en y repensant, je bous intérieurement, et je décide de terminer ce billet que j’ai commencé. Comme quoi, cela n’arrive qu’aux autres ; on ne réalise pas tant que ça ne nous touche pas

Mardi dernier, je devais me rendre à la banque pour affaires me concernant. Il a fait plutôt beau : un ciel dégagé, un soleil plus ou moins clément, un vent paresseux, et une poussière omniprésente. Mon itinéraire était bien défini : Cacaveli-Deckon.  Et sur ce tronçon, se trouve la magnifique ambassade des États-Unis d’Amérique. (Elle est si belle, qu’elle doit être la plus belle ambassade USA au monde. Suivez mon regard).

J’étais donc sur mon zémidjan, en direction de la banque, lorsqu’arrivés au niveau de l’ambassade des États-Unis, le feu tricolore passe tranquillement à l’orange. Nous roulions tranquillement alors le conducteur se met à ralentir, puis s’arrête sans difficultés. Par contre, un autre conducteur, roulant à plus grande vitesse, n’eut d’autres options que de foncer, avant que le feu ne passe au rouge ; ce qui fut fait. C’était sans compter avec la cupidité des policiers togolais, qui ont pris la sale habitude de se poster, sinon de se cacher,  à des dizaines de mètres après les feux tricolores.

L’un des agents de la « police routière », se met immédiatement en travers de la route, faisant signe au conducteur de s’arrêter, et de se garer sur le côté. Ce dernier, semble ne pas vouloir s’exécuter, accélérant même ! Le policier, dans un excès de zèle, faisant mine de s’écarter de l’engin qui fonçait sur lui, décoche un violent coup de pied sur le pneu avant de la moto. Déséquilibre, acrobatie, tentative de maîtrise de l’engin… mais, rien à faire. La moto heurte le terre-plein central, et les deux passagers se retrouvent à terre, carrément de l’autre côté de la route. Dieu merci, pas de circulation intense dans le sens inverse, la matinée.

Je pensais regarder un film hollywoodien, dans lequel un policier tente de calmer les ardeurs de Jason Statham. Non ! Cela se passait là, sous mes pauvres yeux. Les passagers réussissent à se relever, visiblement choqués par ce qui vient de leur arriver. Le conducteur, blessé au coude, abandonne la moto sur la route, se dirige vers le policier, comme pour lui demander des explications. Mais dès qu’il fut assez près, il lui asséne une puissante et retentissante gifle, qui manqua de le renverser. Le policier n’eut pas le temps de reprendre ses esprits. Il fut soulevé par les jambes, comme dans les luttes traditionnelles togolaises ou sénégalaises, puis plaqué contre l’asphalte. C’est là que le conducteur lui décoche un mignon coup de pied dans l’abdomen avant de se jeter sur lui pour le rouer de coups.

C’est à ce moment que les autres policiers, (08 en tout, à raison de 04 par sens), se ruent pour porter secours à leur confrère, visiblement en danger. C’est également à ce moment que le feu passe au vert, mais personne ne voulait rater le reste de la scène. Le conducteur est rapidement maitrisé, et conduit sous un arbre, à côté, tandis que le policier meurtri essayait de retrouver ses esprits. A voir comment il fut transporté par ses collègues, il devait être en syncope. La route enfin dégagée, l’un des policiers nous fait signe de circuler. Tout le monde fini par démarrer, avec des exclamations de félicitations à l’endroit du conducteur-boxeur, et des boutades moqueuses envers les policiers.

Arrêtons-nous un instant pour méditer cet acte.

Chers amis, la formation de juriste que j’ai reçue à l’Université ne me permet point d’accepter un tel acte. Non ! Rien, absolument rien ne peut justifier la violence physique exercée sur un policier, dans l’exercice de ses fonctions. Si ceux qui représentent la loi et qui sont chargés de la faire respecter sont agressés, passés à tabac, nous ne sommes plus une démocratie : Nous sommes une anarchie. OK.

Mais le togolais que je suis, le témoin des ignominies policières que je suis, ne peut que jubiler lorsqu’une excellente raclée est  administrée à l’un de ses « corps habillés ». Je ne le dis pas de gaieté de cœur, mais chapeau à cet individu qui s’est battu « comme un homme », contre l’autorité illégale et illégitime. D’ailleurs, tous ceux qui ont assisté à la scène ont applaudi.

Au Togo, nos policiers se comportent de façon exécrable : ils sont d’abord mal éduqués, mal formés, et mal payés. Mal éduqués parce qu’avant de porter l’uniforme, le policier est un être humain, issu de la société. Et lorsqu’on est bien éduqué, on salue les conducteurs plus âgés que soi avec respect et révérence. Je ne demande pas au policier de se plier en deux, en face d’un conducteur du troisième âge ayant brûlé un feu ! Mais venez voir comment ces nouvelles recrues d’à peine 23 ans s’adressent aux gens, dans la circulation.

Ces policiers sont mal formés, car le bon sens exige que celui qui est chargé de réguler la circulation en connaisse les règles. Combien de policiers togolais ont-ils un permis de conduire ? Quelle dichotomie, qu’une personne ayant son permis de conduire, se fasse verbaliser par un policier n’ayant jamais tenu un volant de véhicule, n’ayant jamais appris le code la route ? Hehehe, autre chose: Entre nous, un policier bien formé ne peut être facilement soulevé et terrassé comme l’a été l’autre imbécile. Aucune technique de self-defense!

Ces policiers sont aussi et surtout mal payés. Pour un agent de la brigade motorisée, il est aberrant de ne pas percevoir plus de 80 milles francs par mois. Ne parlons même pas de ces petits policiers. Ils font tellement de la peine, eux ! Ils sont si misérables qu’avec  500 FCFA, tu peux conduire la voiture de ton père dans toute la capitale sans permis de conduire. Oui, seulement 500 FCFA, car celui qui te verbalise en premier, demandera aux autres policiers en service de te laisser passer. D’ailleurs, cela se comprends ! Ces policiers n’ont aucun diplôme (BEPC pour les plus instruits), et ensuite, la verbalisation coûte 5.000 FCFA. Un compromis a toujours été bénéfique pour les deux parties.

Chers lecteurs, je ne suis point entrain de jeter le discrédit sur la fonction de police routière loin de là. Je suis convaincu que c’est un métier noble, et un service incontournable. Seulement, que ceux qui l’exercent le fasse en toute intelligence, humilité, sérieux, et avec beaucoup d’égard. Sinon, on a beau représenter la Loi, exercer les fonctions régaliennes de l’Etat ; lorsqu’on se permet de poser des actes qui n’entrent pas du tout dans l’exercice de cette tâche, eh bien il vaut mieux prier ne jamais tomber sur plus fort que soi.

D’ailleurs, je retourne à mes entraînements de Yoga et de Karaté. Policier va prendre drah.

J’ai dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

12 réflexions sur “Que la Loi soit dignement représentée…

  1. ce que font les policiers au Mali est indescriptibles et tellement flagrant: quand un taxi te prends avec des bagages, il augmente les 500f qu’il va donner au policier car ils le sifflent à tous les coups. ils font tout sauf régler la circulation: ces jours-ci les feux ne marchent pas et on en voit de toutes les couleurs à Bamako. le jeudi dernier c’était un vendeur du coin qui réglait la circulation…

  2. je pense que le policier n’a eu que ce qu’il méritait! D’abord, pourquoi il s’est posté quelques mètres plus loin, au lieu d’être au feu tricolore même? Sa présence au feu tricolore devrait avoir pour effet de dissuader les éventuels contrevenants. Mais, force est de constater qu’au Togo, beaucoup de nos policiers sont devenus des « chasseurs », cachés dans l’ombre, à l’affût du premier conducteur qui aurait le culot de passer quand le feu est au rouge (ou encore le celui qui aurait le malheur de passer lorsque le feu est à l’orange). il m’est même arrivé à plusieurs reprises de voir des policiers se retirer et bavarder entre eux, lorsque le feu est en panne (à titre d’exemple, il suffit de se rendre au feu tricolore du carrefour Lomégan: il est en panne depuis assez longtemps déjà, mais jamais vous ne verrez un policier réglementer la circulation là-bas; comme quoi, « C’est sous les feux qui fonctionnent que les affaires marchent le mieux »). il faut que les autorités revoient sérieusement le fonctionnement des forces de l’Ordre; sinon ils exerceront cette honorable tâche à leurs profits personnels, ou pire, ils se feront méchamment molester par les conducteurs qui sont assez « physiques » lorsque les policiers viennent à abuser de leurs droits. Bravo Aph pr ce billet, et encore merci! peace

  3. Je ne suis pas non pas non plus tout à fait d’accord.D’un côté le policier a fauté en provoquant le déséquilibre de la moto;peut être qu’il aurait pu le ramener à la raison par un autre moyen.Mais de l’autre,c’est le conducteur qui l’y a obligé puisqu’il refusait de s’arrêter.Et je pense que si les gens étaient contents c’était parce que la plupart du temps ces policiers abusent de leur pouvoir dans l’exercice de leurs fonctions

  4. Pas d’accord avec toi Aphtal….

    Moi aussi, je tempête contre ceux qui abusent de leur pouvoir et veulent te racketter car tu es passé à l’orange. Voiture ou moto ne peuvent stopper instantanément.
    Mais les policiers ont raison d’arrêter les gens qui passent au feu rouge. C’est leur travail et j’approuve.
    Le jour où tu auras un accident avec un de ces inconscients, tu partageras moins avis.
    D’après ce que tu dis le policier a bien fait signe au Z d’arrêter… Il n’a pas obtempéré.
    Effectivement la manière de le stopper est discutable, mais il l’a bien cherché.

    Dans d’autres pays le policier n’aurait pas agit ainsi car il aurait été certain de retrouver le contrevenant avec la plaque du véhicule…. Ici on sait ce que cela vaut!
    Un délit de fuite ça coûte cher! et frapper un représentant de la force publique aussi.

    Je n’ai pas le temps de discuter de la suite. Ce sera pour une autre fois!

    1. Bonjour Béa! Ce fut comment, au Goethe Institut, hier?
      Je comprends parfaitement ton point de vue. On ne peut pas se permettre de brûler le feu, au rouge! Oui, le conducteur n’a pas obtempérer! Celà est un délit, à son actif! Mais la question que moi je me pose est celle-ci: Quel est le sens du feu Orange?

      1. je disais… un véhicule ne peut s’arrêter instantanément…. donc le feu orange signale qu’il va falloir s’arrêter, ce qu’à fait ton chauffeur…. l’autre a accéléré pour gagner quoi???? si cet imbécile avait son permis de conduire il le saurait.

        Serge Katembera Rhukuzage l’origine du problème est le motocycliste qui n’a pas respecté le feu et non le policier….

        1. Ok, Béa. Il va falloir s’arrêter signifie ralentir, en quelque sorte. Donc, en passant un feu à l’orange, a-t-on commis une infraction? Le fait d’avoir accéléré est répréhensible, certes! Mais normalement, a-t-l vraiment fauté?

        2. Beatrice, dans un pays démocratique – au Brésil par exemple – ce policier serait jugé pour double tentative d’homicide. demande à n’importe quel juriste. Et ce n’est pas parce qu’une personne se dévie de la loi qu’il perd ses droits ou qu’un policier doit violer la loi lui aussi.

  5. Aph, le policier a eu tort en premier; le motocysliste ensuite. La formation d’un policier ne concerne pas à tout prix une maitrise des techniques de lutte ni ne doit être doté d’une force physique surhumaine. tout est dans le respect de la loi et de ses représentants.

    L’act du policier est amplement dangeureux et je dirai même que c’est un crime, presqu’une tentative de double assassinat. Ils auraient dû prendre la plaque, ou indiquer au poste de police le plus proche la description de l’infracteur.

    1. Serge, oui, pas besoin d’être ceinture noir pour être policier! Mais il faut un minimum d’énergie pour passer les menottes à quelqu’un non? Et en cas d’attaque, on va pas attendre les renforts, ma parole! Leur formation n’est pas forcément physique à 90%, mais qu’ils soient capable de faire du jogging sur 3km minimum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.