5 mai 2013

Des journalistes et des titrologues

Newpaper (MorgueFile)

J’ai toujours eu un léger sourire, à chaque fois que mes collègues de Mondoblog (Suy et Sinath, en l’occurrence), recensent les parutions de leurs pays (Côte d’Ivoire et Bénin), pour en faire des articles ! N’allez pas imaginer un rictus méprisant sur mes lèvres hein ! J’ai énormément de respect pour le travail que ces personnes abattent. Non seulement ils abattent un travail de qualité, mais en plus le respect intellectuel impose de s’incliner devant une tâche accomplie par un autre, lorsqu’on est incapable de faire pareille.

Oui, je suis incapable de faire pareil, parce que moi, les presses ne m’intéressent pas vraiment. Je ne vais point me justifier ici. Mais si je décide de tirer mon chapeau à ces collègues précités, eh bien c’est parce qu’ils font, de façon plus professionnelle certes, ce que de nombreux togolais font tous les jours: La Titrologie !

Certains d’entre vous ont déjà une idée de ce que je veux dire, d’autres non ! Eh bien, la titrologie, c’est cet art, qui consiste à faire une sorte de revue de la presse, mais en s’arrêtant juste aux titres de « la une », sans acheter une seule parution, et à la commenter comme si on était rédacteur en chef d’un quotidien !

Comment devient-on titrologue ?

D’abord, pas besoin de diplôme ! Un étudiant, un lycéen, un collégien, un élève, un conducteur de taxi, de taxi-moto, de camion, commis d’administration, Directeur de société, secrétaire, revendeur de friperies, ou même journaliste, n’importe qui peut être titrologue, l’essentiel est de savoir lire plus ou moins bien le français, même si on n’y comprend pas grand-chose !

Ensuite, le bon titrologue n’achète jamais, ou presque, de presse. Ah non, jamais ! Au grand jamais ! Un bon titrologue, ça croise les bras dans le dos, ça soulève le front vers les gros titres et ça secoue la tête après avoir tout lu. Ensuite, ça rejoint le groupe de ceux qui ont lu avant lui et se met à débattre d’un sujet dont il ignore ce dont il en est véritablement, dans l’article !

Le bon titrologue défend bec et ongle sa conception ! Aussi erronée soit-elle, aussi saugrenue ou tordue soit sa compréhension du « gros titre », il est prêt à se battre, pour la défendre ! Ah oui, c’est comme cela ; c’est lui qui a raison, ou au pis des cas, c’est lui qui aurait du avoir raison, alors….

Il n’est pas rare de voir des titrologues en venir aux mains, devant un kiosque, juste parce que l’un a été mal compris, risiblement contredit et blessé dans son amour propre.

Du coup, l’actualité a plusieurs sens, à Lomé : d’abord, le sens que le rédacteur donne à son article, celui que les lecteurs avertis lui donnent, et enfin celui que les titrologues lui donnent. Quelques petits exemples ?

Un gros titre : « Le régime politique de Faure Gnassimgbé est un régime de type bâtard » ; dans la rue, cela peut vouloir dire : « Faure est un bâtard, il n’a pas de père ; même le premier ministre ne connait pas sa mère ; ne parlons même pas des ministres ; ils ont été abandonnés à leur naissance ; je te jure, c’est écrit ici, ce régime est bâtard ; ils sont tous bâtards » ! Alors que nous savons tous qui est le père de l’actuel chef de l’état togolais.

Une presse qui titre : « Le Roi de la musique togolaise King Mensah est SDF ». Automatiquement, on pense à Sans Domicile Fixe ; oui, cet artiste de la chanson, cet illustre et talentueux personnage, est un SDF ? Que c’est triste, oh la la ! On se mettra à trouver la cause de sa soudaine chute financière : s’il n’est pas tombé en disgrâce aux yeux des politiques, c’est le Vodoo qu’il adore qui le punit sûrement ! Pauvre de King Mensah ! Et pourtant, il aurait fallu lire l’article pour comprendre que le rédacteur voulait dire par SDF « Sans Difficulté Financière ». Oui c’est cela, l’actualité au Togo. On se contente des gros titres, et on polémique dessus.

Si jamais une parution affiche « Difficultés financières : élection repoussée aux calendes grecques », cela voudra dire pour beaucoup, que l’Union européenne refuse de financer les élections, et donc on se tourne vers la Grèce ; on attend de voir leur calendrier, et puis ils nous diront quand financer nos élections.

Il y a une chose : certains journalistes font réellement la honte de la corporation : ils aiment le sensationnel, ils aiment faire l’effet d’une bombe, ils donnent des titres rocambolesques à des articles complètement creux, ils illustrent les articles d’images crues, n’ayant rien à voir avec ce qu’ils racontent ! Mais c’est un métier noble, le journalisme ! Je le respecte énormément, et je respecte tous ceux qui font du bon boulot, en toute impartialité.

Mais encore faut-il que ces journalistes se fassent lire ! S’arrêter aux titres des journaux, voilà un exercice fort plaisant mais qui tue l’actualité, qui tue la presse, qui tue le journaliste, et qui tronque la vérité.

Être titrologue, c’est bien ; lire l’article, comprendre le rédacteur, aller au-delà de son analyse, pouvoir se faire sa propre opinion sur le sujet abordé, voilà une tâche que seuls accomplissent les  mages !

Une pensée pour tous ces journalistes morts dans l’accomplissement de leur métiers !

J’ai dit !

Partagez

Commentaires

bouba68
Répondre

ça sent la façon Aphtal!

Aphtal CISSE
Répondre

Ah oui? Genre empreinte digitale sur la scène du crime quoi?

serge
Répondre

je l'ai deja dit, je ne lis presque pas les journaux et je ne regarde presque jamais les grands médias américains, français et brésiliens. J'en ai largement discuté avec Josiane et Sinath. Alors je me demande bien: "pourquoi lire ces journalistes"? on sais déjà ce qu'ils vont dire.

Titrologue à Kinshasa = parlement débout. Les pauvres chomeurs passent leur temps à débattre sur les grands boulevards de Kinshasa...

Aphtal CISSE
Répondre

Parlement debout là me dead!

Peter TCHALAWOU
Répondre

J'avoue aussi que je suis presque devenu titrologue et j'ai failli raté ce si bel article sur le sujet. heureusement aujourd'hui je n'ai pas voulu faire la titrologie et je ne le regrette point. Ton écrit illustre réellement un fait de société : la titrologie. Ce n'est pas seulement la presse écrite qui en est victime mais les media audiovisuels : radio télé et internet. Il suffit d'écouter les titres du journal de 20 h et paf on zappe ...
même chez les lecteurs avertis,
cette réflexion je la recommande à tous

Aphtal CISSE
Répondre

Wadjaaaa! J'ai presque oublié pour l'audio-visuel

Boukari Ouédraogo
Répondre

Cela me parait difficile de savoir deja ce que les journalistes vont dire. Il faut etre magicien Serge

serge
Répondre

t'en fait pas, la technique s'apprend... et c'est pas trop difficile

DOUMBIA
Répondre

J'ai lu à peine deux de vos articles, je les ai adoré...Ils sont écrits dans un style original et fascinant.

Aphtal CISSE
Répondre

Merci Doumbia. J'espère que tu en iras d'autres...

medsnib
Répondre

Lu et approuvé. C'est comme si tu parlais de chez moi où les places publiques deviennent chaque jour des agoras pour discuter justement de cette actualité à partir des titres des journaux exposés. Chapeau mon frère?

Aphtal CISSE
Répondre

Merci, tonton! On est ensemble

RitaFlower
Répondre

Le phénomène de la titrologie existe un peu partout en AFRIQUE.Les gens ne se rendent pas forcément compte de la gravité de lire les titres des journaux et d'en faire une mauvaise interprétation.Quant aux journalistes,ils sont trop politisés...

Aphtal CISSE
Répondre

Politisés, et attirés par l'appât du gain... facile! Et c'est triste! Bisous