J’ai décidé de ne pas voter…

Vote (Image: MorgueFile)

Lorsque je me suis fait établir ma carte d’électeur, j’étais animé d’un petit quelque chose, qui malheureusement ne m’anime plus ; il y avait dans mes yeux, une étincelle qui ne luit plus ; il y avait dans mon cœur, une source d’espoir qui a tarit, et il y avait dans mon âme, un optimisme insensé, aujourd’hui mué en indifférence totale et assumée.

Je suis conscient de l’importance que revêt tout scrutin dans la vie d’une nation, et je suis plus que conscient de la situation dans laquelle se trouve mon pays le Togo ; en tant que juriste, je sais que voter est un impératif civique pour tout citoyen, je sais que s’exprimer et se faire entendre au travers d’un vote est un devoir hautement sacré, pour qui veut participer à la consolidation de la démocratie dans son pays. Oui, je sais que le Togo est actuellement à la croisée des chemins, et que la moindre erreur sera fatale ; je sais en outre que le combat politique, en tout cas tel que je le conçois, ne peut que se mener dans l’arène du scrutin, avec les bulletins de vote comme coup de poing, et le peuple comme arbitre. Je sais que le titre de cet article pourra prêter à penser à de la lâcheté politique, à de la traîtrise nationale, et peut-être à un esprit défaitiste. Soit ! Pensez ce que vous voulez, mais…

Oui, j’ai décidé de ne pas voter.

Partout ailleurs sur terre, les élections, c’est de l’argent ; c’est coûteux, et pas facile à coordonner. Et pour un Pays Pauvre et Très Endetté, comme le Togo, un pays où la démocratie est vacillante comme une flamme de bougie, un pays où la méfiance entre les hommes politiques frise le délire, des élections à organiser, c’est la croix et la bannière. J’ignore si c’est pour ces élections que les étudiants ne sont toujours pas encore en possession de leur bourses et tranches d’aides ; je suis incapable de vous dire si c’est à cause de ces élections qu’on n’arrive pas à payer les primes de risques aux agents de santé ; je ne sais pas si ce sont ces élections législatives qui empêchent toute satisfaction des revendications des travailleurs ;  je ne peux pas vous dire pourquoi, depuis six mois déjà, tout est au ralenti dans ce pays, et tout ce qu’on nous propose, c’est le dialogue !

Il m’est impossible de pénétrer dans l’isoloir, en sachant très bien qu’il y a des réformes constitutionnelles et institutionnelles non menées, et que la situation sociopolitique de mon pays ne changera pas, au lendemain du scrutin. Non, je ne peux pas me rendre dans un bureau de vote, en ayant à l’idée que le Président de la République, quel qu’il soit, pourra briguer autant de mandat qu’il veut ! Je ne peux pas participer à ces législatives, en sachant que ces réformes, promises depuis que j’étais au primaire, sont entrain d’être repoussées aux calendes grecques.

Je ne peux pas voter, alors que les grands marchés de mon pays sont toujours en cendres, et que les véritables coupables soient toujours inconnus, alors que des hommes politiques sont sous poursuites judiciaires, victimes de violation flagrante des droits les plus élémentaires ; je ne peux pas aller voter, en ayant à l’esprit que mes aînés en Sciences Juridiques soient aussi avilis et instrumentalisés ; je ne peux pas aller voter avec cette boue qui tâche la robe à laquelle j’aspire tant.

Je ne peux pas plonger un bulletin de vote dans une quelconque urne , en revoyant ces jeunes élèves inertes, tués par balles, et en étant incapable de mettre un visage sur l’auteur de cet acte ignoble. Voter serait dire à ces mômes qu’ils sont morts pour rien ; non, je ne peux pas voter en revoyant les trois filles d’Etienne Yakanou, pleurer leur père, mort en prison, avec cette angoisse qui se lit sur leur visage, quant à leur avenir.

Je refuse de voter parce qu’aucun parti politique actuel ne mérite ma voix. Ni le parti au pouvoir, ni aucun autre parti politique. Ce que je leur reproche ? Leur manque de méthode, d’intégrité, d’unité et de crainte de Dieu. Je leur reproche leur paresse et leur aveuglément face aux problèmes profonds, réels et immédiats des togolais. Je leur reproche de se cantonner à la capitale ou à leurs villages d’origines, sans véritables représentation nationale ; je leur reproche de ne penser qu’à la Présidence de la République ; je leur reproche leur opportunisme et leurs échecs passés, je leur reproche leur égoïsme, leurs ambitions inavouées, leurs bavures et la légèreté de leur programme.

Je refuse de voter en sachant qu’il y a de fortes chances qu’un militaire de rien du tout fasse irruption dans un bureau de vote pour s’emparer de l’urne. Non, j’imagine mal ma voix, mon choix, mon bulletin à moi, pris en otage par un insignifiant militaire à la formation inachevée. Et puis et puis, je refuse, qu’après cela, un observateur de la communauté internationale, insulte mon honneur en disant à la télé : « les irrégularités constatées ne sont pas de nature à remettre en cause le caractère libre, crédible et transparent de ce scrutin ». Suprême aberration.

Je me suis longtemps dit qu’il est nécessaire, malgré cela de voter, de voter contre le régime, de lui faire comprendre que je ne veux  plus de lui ; je me suis dit qu’il aura honte en manipulant les résultats des élections, tellement des gens comme moi voteront contre lui ; je me suis consolé en me disant que dans un sursaut d’orgueil et d’amour-propre, ce régime dise enfin la vérité, et donne les vrais résultats des urnes, mais la réalité est là, sous mes yeux : ces gens n’ont aucune honte. Ils n’ont pas d’amour-propre, ils n’ont pas d’honneur.

Je refuse de voter car, continuer par le faire, est une sorte de plébiscite pour les résultats truqués qu’ils sortiront. Je m’explique : 1000 personnes se rendent dans un bureau de vote ; peut-être qu’ils se réclament de l’opposition ; tout le monde verra  1000 personnes voter, mais personne ne verra les bulletins de votes des 1000 personnes, puisqu’il s’agit d’un choix discrétionnaire effectué dans un isoloir. C’est là que  le taux de participation pour le trucage des voix entre en jeu. On vous a vu voter, on ne cherche pas à savoir pour qui.

Les différentes missions d’observations s’en tiendront à cela. La population est sortie voter massivement dans le calme, et sans violence. C’est l’essentiel. Que les résultats soient vrais ou pas, il n’y a pas eu mort d’hommes donc les élections sont transparentes. De qui se moque-t-on ?

Moi en tout cas j’ai décidé de ne pas me laisser faire, cette année ; j’ai décidé de ne pas participer à cette mascarade, à cette honteuse opération ; je refuse de prêter le flanc à des calculs machiavéliques. Je ne permets à personne, ni aux voleurs, ni aux certificateurs, de se moquer de mon intelligence. Le peuple est souverain, mais on lui enlève son pouvoir d’expression de cette souveraineté, en méprisant son choix.

Je sais que je ne change rien, et qu’avec ma voix ou pas, les élections se tiendront et des gens iront voter ! Libre à eux de croire que les choses changeront par les urnes ou par les dialogues. Si le peuple togolais refuse de prendre conscience de la situation, et refuse de prendre en main sa destinée, il sera toujours le jouet des hommes politiques en général, et de ce régime en particulier.

Ma voix compte, certes ! Mais elle comptera plus si elle ne s’exprime pas. Essayons aussi le Silence Politique. C’était un avis.

J’ai dit !

The following two tabs change content below.
Aphtal CISSE
Togolais de nationalité, citoyen du monde par nature et juriste de formation. Les seules règles que je respecte sont celles que je me fixe moi-même! Et la première d'entre elles, est le RESPECT! Pour le reste, que les bénédictions soient!

23 réflexions sur “J’ai décidé de ne pas voter…

  1. J’ai lu ta réflexion et je ne vais pas te dire que je ne partage pas ton avis sur les points que tu a énuméré pour justifier ta décision, celle de ne pas plonger le bulletin dans l’urne le 21 juillet prochain.
    J’ai souvent l’habitude de dire que le Togo mon pays ne sera jamais le Paradis sur la terre et il ne sera non plus l’enfer sur terre.
    Il faut bien commencer qu’un jour on commence par se faire confiance, à faire confiance à nos institutions. Elles ont été façonné pendant un demi siècle environ ; pour les remettre sur le droit chemin, c’est une oeuvre de grande haleine, il faut être persévérant. Et si sur la terre de nos aïeux certains continent à peindre la situation en noir, moi je vois des signes d’un début de changement. Je constate que petit à petit, la population commence par vaincre la peur ; et c’est déjà largement suffisant. Ce que nous devrons faire c’est de continuer par encourager les togolais à dominer cette peur et à exiger le respect de leurs droits (politique, économique et social…) lorsque ceux ci sont bafoués. Et sans oublier de les rappeler que le droit s’accompagne toujours d’un devoir. Aujourd’hui la population a besoin d’un canal, des hommes de confiance pour canaliser justement cette force et cette énergie que l’on ressent partout. Les acteurs présents ont montré leur insuffisance à tous les niveaux et c’est bien ce que Vincent Hugeux depuis sa fenêtre parisienne a bien su résumer en disant que l’opposition tout comme le pouvoir rivalise dans la médiocrité. Mais le 21 juillet je dois aller voter parce que voter aussi c’est se donner espoir. Et pour l’histoire, je ne voudrais pas que mais enfants racontent qu’en ce jour, papa n’a pas bougé de la maison. On doit tous aller voter. S’abstenir de voter est peut être un chèque en blanc donné …bref ! c’est ce que je pense pour ne pas trop parler !

    1. Houm, c’est ton avis, Peter; et je le respecte. Moi en tout cas, ma fille pourra dire que ce jour, (21 ou 28 Juilet), son père est resté digne, et ne bougeant point de la maison…
      Cordialement…

  2. Journaliste togolais j’ai eu à éprouver ces sentiments dans les années 90 cela n’a rien de défaitiste
    Ce sentiment d’impuissance face à l’inextricable de la politique togolais ou le champ politique est vicie par l’inconséquence des acteurs est un poids pour la plupart de ceux qui réfléchit un tant soit peu à la manière dont la politique est menée dans notre pays
    Et si en lieu et place du silence, tu choisis de voter blanc, ce serait un joli pied de nez à nos voleurs et comme tu le sais si bien.
    Que tu votes ou pas ta voix sera comptée
    Nos spécialistes des élections truquées n’ont-ils pas l’habitude de compter la voix des morts
    T’es un juriste exerce ton droit

  3. Cher Aphtal, comme toi, je n’irai pas voter non plus.
    Ton analyse est clair et révélateur, nous ne devons plus prêter flanc à ce genre de mascarade.
    Ayant été agent électoral pendant le recensement dans les deux zones, je suis persuadé que le Togo se met en route vers un nouvel fiasco;
    Ceux que j’accuse le plus est cette opposition irresponsable qui pense que la politique s’arrête à Lomé et qui font que le gouvernement actuel se moque du citoyen lambda que nous sommes toi et moi.

    1. Ah, ravi d’avoir le témoignage direct d’un acteur de ce processus électoral, Monsieur Marc!
      Tu es bien placé pour réaliser qu’au Nord, nos frères vivent dans une telle ignorance que ce serait presque illusoire de penser à un changement sur l’échelle nationale.
      Cordialement, Aphtal!

  4. On se moque de ns! Je n’ai vote qu’une seule fois et ca fini par une guerre entre Alassane et Gbagbo et j’ai clairement reslu de ne plus jamais voter! Je suis a fond en mode « boycotage » et je ne suis pas prete d’y renoncer silence total coe je dis desormais choisissez….. On vs regarde faites coe vs voulez je n’ai plus rien a dire.

  5. Bien pensé ton article et je respecte ton choix, du moins pour le moment car avec tout ce qui se passe actuellement au Togo, il est incertain que les élections puissent être transparentes, justes et équitables. Toutefois, je t’encourage à croire au pouvoir du peuple et à te rappeler la définition de la Démocratie »Pouvoir du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple », ces 3 trois P doivent te donner, vous donnez plus de motivation en vous disant que si vous décidez, vous pouvez triompher. Il s’agit là d’un combat dont tu te fais perdant, alors que vous êtes tellement nombreux à être déçu par cette man d’hommes politiques, ventripotents, sans scrupules, corrompus et sans vergogne qui ne pèsent qu’à leur ventre et le remplissage de leurs poches. Oui, il faut s’approprier le slogan de Barack Obama, Yes!We can, ce we can doit être une expression sur la lèvre de tous les Togolais, Tous les Africains, tous les opprimés, tous ceux qui en ont marre de ces dictat qui n’ont fait que trop duré.
    Bien à toi et courage
    Ton frère, et co-chambré de Thialy Baba

    1. Mon cher, c’est un beau discours que tu me sers là hein; j’ai failli avoir les larmes aux yeux! Ce principe des 3P là, m’a été enseigné par l’un des plus éminents juriste publicistes d’Afrique de l’Ouest, quand j’étais étudiant! Ce gars est toujours aussi bon, et il est toujours togolais comme moi! Son silence est plus coupable que le mien, mon cher

    1. Cher Arouna, le Mali se trouve certes dans une situation peu enviable. Il serait, à mon avis insensé de ne pas voter aux prochaines élections qui s’annoncent chez vous, même si je trouve ce scrutin un peu trop précipité…
      Cordialement, Aphtal

  6. A te lire on voit le découragement , quelqu’un qui ne croit plus en l’avenir du Tg le changement n’est plus possible au vu de ce qui ce fait ou se dit. frère le changement c’est dans la tête d’abord ,notre gar l’a compris ! il faut affaiblir psychologiquement ses adversaires et leur partisan avec .Je veux te dire que tu est une victime ! ta voie peut contribuer au changement si tout lemonde fait comme toi ; c’est un boulevard qu’on aura ouvert pour FEG , j’ai mal quand je vois que le Tg est encore à la traine dans la sous région il m’arrive de passer seulement 2 heures de tpsau TG ; on a l’impression que le dévelopement s’est arrêté au TG alors que ce ne sont pas les cerveaux qui manquent je suis moi même supris de voir de tg dans des coins être des haut cadres qui ont décidés de ne plus avoir le contact avec le pays CI on est tellement ils n’ont plus de Tg si ce n’est leur nons , GH;fr……. ils se comptent par millier. es tu sûre ke le TG fait 5millions d’habitants? c’est vrai c’est dure mais tient bon !!!!! la couronne est bout . vous avez combattu le lion ce n’est pas le chat qui va vous faire peur!!! MDR!!!! Soit un acteur du changement!!!!!!

    1. Grand-frère, toi tu vois un avenir pour ce pays, en l’état actuel des choses? On n’a pas combattu le lion, désolé! Le lion s’en est allé par la grande porte, comme Roi de la Jungle! Même au delà de la tombe, il a réussi à nous imposer son « petit chat » que nous n’arrivons pas à chasser, depuis déjà huit ans.. Alors??
      Cordialement…

  7. Tn article m’interpelle sur la situation inquiétante du pays.Difficile de voter sereinement quand 1 partie d la classe politique est victime de chasse à l’homme et beaucoup crient en vain leur misère. Tn refus n’a rien d’absurde car exercer l drt d vote en vaut il la peine si la volonté majoritaire issue du vote sera tronquée.D tte façon ces gens sont sans scrupule et n’ont que faire du niveau d’abstention, pourvu que le scrutin ait lieu pour les beaux yeux de la communauté internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.